Né le 11 septembre 1880 à Lalinde (Dordogne), exécuté sommairement le 22 juillet 1944 à Saint-Benoît (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; retraité des PTT ; résistant des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Jean Laval était né en Dordogne, à Rottersac (commune de Lalinde) où son père, Gabriel, et sa mère, Marguerite Teilland, étaient ouvriers papetiers. Installé dans les Basses-Alpes, il s’était marié à Annot le 3 octobre 1908 avec Blanche Bianchi. Retraité des PTT, résistant, Jean Laval fut arrêté à Annot (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) le 21 juillet 1994 et torturé afin de lui faire avouer où était son fils, maquisard FTP à Bayons (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence). Il fut abattu le 22 juillet au pont de Gueydan (commune de Saint-Benoît) à la grenade, sa maison étant saccagée de la même façon.
Une plaque commémorative rappelle son souvenir. La mention « Mort pour la France » lui a été attribuée.
Sources

SOURCES : Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–Commission départementale de l’Information historique pour la Paix des Alpes-de-Haute-Provence, 1992. — Raymond Moumin, « Les opérations militaires dans le haut Verdon du 17 au 21 juillet 1944 », Annales de Haute-Provence, n° 311, 1er trimestre 1990, p. 65-83.⎯ état civil.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable