Né le 10 juillet 1912 à Vachères (Alpes-de-Haute-Provence), massacré le 19 avril 1944 à Vachères ; victime civile.

Arthur Vincent était handicapé. Il fut assassiné le 19 avril 1944 à la ferme Font-Neuve que ses deux frères exploitaient par cinq membres de la 8e compagnie Brandebourg venant de Cavaillon (Vaucluse) avec le soutien de la Milice (par la gestapo française dit la stèle commémorative). Quatre étaient en uniforme et un en civil. Ils recherchaient son frère, Norbert, membre de la Section atterrissages et parachutages (SAP). Celui-ci étant absent, ils torturèrent Arthur Vincent (œil crevé, jambe fracturée) qui fut finalement brulé vif dans un fenil de la ferme à laquelle ils avaient mis le feu, après s’être fait servir à manger.
Une stèle commémorative fut élevée à Vachères.
Sources

SOURCES : Arch. dép. des Alpes-de-Haute-Provence, 42 W 112. ⎯ René Char, Les Feuillets d’Hypnos, Paris, 1946. ⎯ Jean-Christophe Labadie dir., Français et Allemands en collaboration. La répression allemande dans les Basses-Alpes 1943-1944, Digne, Arch. Dép. des Alpes-de-Haute-Provence, 2014. ⎯ Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–CDIHP, 1992.

Jean-Marie Guillon

Version imprimable