Né le 11 juillet 1926 à Cransac (Aveyron), exécuté sommaire le 17 août 1944 à Sainte-Radegonde (Aveyron) ; mineur de charbon à Cransac ; résistant (FTPF)

Mineur, résistant, Jean Krol fut arrêté par les Allemands et transféré à la caserne Burloup de Rodez (Aveyron), prison de la Sipo-SD. Avec vingt-neuf autres prisonniers, il en fut extrait et conduit au champ de tir de Sainte-Radegonde, à proximité de Rodez afin d’être exécuté sommairement par un détachement de SS de la Luftwaffe.
Fils de Joseph Krol et d’Antonina Blachut décédée, il habitait à Cransac (Aveyron), boulevard Anatole-France.
Son nom figure sur le monument aux morts de Cransac et sur la plaque apposée dans le hall de la mairie de cette ville dédiée "Aux FTPF de Cransac victimes de la barbarie nazie". Il fut déclaré "mort pour la France". Son décès a été enregistré à l’état civil de Rodez et non à Sainte-Radegonde.
Voir : Lieu d’exécution de Sainte-Radegonde (Aveyron) champ de tir
Sources

SOURCES : Arch. com. Rodez, état civil, acte de décès et mention marginale. — Christian Font, Henri Moizet, Construire l’histoire de la Résistance. Aveyron 1944, Rodez & Toulouse, CDDP Rodez, CDHIP Rodez, CRDP Midi-Pyrénées, 1997, 343 p.[p. 228]. — Site Aveyron Résistance, consulté le 26 février 2016. — Site MemorialGenWeb consulté le 26 février 2016.

André Balent

Version imprimable