Né le 6 novembre 1905 à Le Thour (Ardennes), exécuté sommairement le 28 août 1944 au Fort de Brimont (Marne) ; cantonnier ; résistant ; FFI.

Edmond Pottelain
Edmond Pottelain
SOURCE : 
Photo sur sépulture
À l'entrée du Fort de Brimont
À l’entrée du Fort de Brimont
Dans le cimetière du Nord à Reims
Dans le cimetière du Nord à Reims
À Reims 4, avenue Brébant
À Reims 4, avenue Brébant
Dans le quartier des Épinettes à Reims
Dans le quartier des Épinettes à Reims
Sur le monument aux morts de Magenta
Sur le monument aux morts de Magenta
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Edmond Pottelain était le fils de Joseph Prosper Edmond Pottelain, manouvrier, et de Marie Louise Décarreaux, sans profession. Il avait épousé Angèle Mathilde Bart et le couple avait quatre jeunes enfants nés en 1931, 1936, 1938 et 1942.

Il s’engagea dans la lutte clandestine aux côtés de Jean Beaubras et d’Henri Midol, ingénieurs au Service de la navigation de Reims où il travaillait lui-même comme cantonnier et où il était logé 4, avenue Brébant sur le bord du canal de la Marne à l’Aisne. C’est là qu’il entreposait des armes dans un petit appentis qui jouxtait son domicile.
Il fut arrêté à Reims le 27 août 1944 par la Gestapo avec Jean Beaubras et Henri Midol. Blessé au cours de son arrestation, il a été exécuté avec eux le lendemain dans l’ancienne redoute du Cran du Fort de Brimont (Marne).
Il est inhumé dans le cimetière du Nord à Reims.

En 1945, la Police judiciaire de Reims a procédé à une longue et minutieuse enquête concernant les arrestations et les exécutions de résistants perpétrées fin août 1944 au cours des journées qui ont précédé la libération de la ville. Elle a établi que la « bande de supposés miliciens, agents français d’un service de renseignements allemand » venus du département du Nord, qui a arrêté et exécuté Rufin Waïda, Henri Tourte et André Watier, près de la Ferme de l’Espérance à Verzenay (Marne), a sans doute participé aussi à l’arrestation de Jean Beaubras, Henri Midol et Edmond Pottelain, exécutés à Brimont.

Edmond Pottelain a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI. Les titres d’Interné-résistant et de Combattant volontaire de la Résistance lui ont été décernés. La Médaille de la Résistance lui a été attribuée par décret du 5 janvier 1959 publié au JO le 13 janvier 1959.

Le nom d’Edmond Pottelain est inscrit avec ceux de Jean Beaubras et d’Henri Midol sur une plaque apposée en 1994 à l’entrée du Fort de Brimont.
À Reims, une plaque commémorative a été apposée en 1947 par la municipalité à son domicile 4, avenue Brébant et une allée du quartier des Épinettes porte son nom depuis 1973. Le nom d’Edmond Pottelain, orthographié « Potelain » ,figure aussi sur le Monument aux martyrs de la Résistance et de la Déportation avec ceux de Jean Beaubras et d’Henri Midol.
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 663 735 . – SHD, Vincennes, GR 16 P 487507. – Arch. Dép. Marne M 4774, fusillés ou exécutés par les Allemands, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944 ; rapport de la brigade de gendarmerie de Loivre ; 7 U 60 n° 253, Cour de Justice de la Marne, dossier Lentremy. – ONAC 51, dossier CVR. – L’Union champenoise, 3 septembre 1944. – L’Union, 5 et 6 avril 1947 (photo). – Arch. COSOR de la Marne. – Jean-Pierre Husson, La Marne et les Marnais à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale, 2 tomes, thèse de doctorat d’histoire, Presses universitaires de Reims, 1995, ouvrage réédité en 1998. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – Mémorial GenWeb. – État civil, Le Thour (acte de naissance) ; Brimont (acte de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable