Né le 19 novembre 1913 à Soubrebost (Creuse), mort en action le 28 mai 1944 au lieu-dit Vaussujean, commune de Saint Sébastien (Creuse) ; résistant ,membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI), maquis de l’Armée Secrète (AS) 1ère compagnie franche.

Fils de Désiré Barrat, cultivateur, et de Céline Demargne, il naquit au village de Grandveaux, commune de Soubrebost. Il résidait lors du second conflit mondial avec ses parents au hameau de Brigoux, commune de la Pouge (Creuse). Il était célibataire.
Il rejoignit le 17 mars 1944 les FFI de la Creuse, au sein de la première compagnie franche de l’AS sous les ordres du capitaine Louis Herry. Le 27 mai 1944, 23 maquisards de cette compagnie, partis de la région de Bourganeuf (communes de Soubrebost et de Royère de Vassivière en Creuse), se rendirent en convoi dans l’Indre à Belâbre, pour réceptionner un parachutage nocturne. Dénoncés à leur passage à Saint Sébastien (Creuse) par un collaborateur, ils tombèrent à leur retour dans une embuscade tendue par un détachement du 1er Régiment de France, le 28 mai 1944 à Vaussujean, commune de Saint Sébastien. Paul Barrat fut tué en même temps que six autres résistants.
Il fut déclaré « mort pour la France » le 30 avril 1956. Son nom figure sur le monument aux morts de La Pouge (Creuse) et sur le monument commémoratif de Combeauvert (commune de Thauron, Creuse) au titre des morts du canton de Pontarion (Creuse) ; il figure aussi sur le mémorial de la résistance creusoise à Guéret (Creuse).
Sources

SOURCES : SHD Caen AVCC. — Jean Louis Laubry Retour sur un épisode tragique de la guerre franco-française : la tragédie de Vaussujean (28 mai 1944), ARSVHRC bulletin N° 41, février 2008.— Mémoire des Hommes.— Base de données Université Lille 3. — Mémorial genweb.

Michel Thébault

Version imprimable