Né en 1902 à Porto-Novo (Bénin, ancien Dahomey), fusillé par les autorités de Vichy le 10 novembre 1941 à Dakar (Sénégal, AOF) ; employé de commerce ; résistant de la France libre.

Albert Idohou
Élève de l’école régionale de Porto-Novo, Albert Idohou y obtint le certificat d’études primaires. Il travailla à la Compagnie française des chemins de fer du Dahomey de 1924 à 1935, avant de devenir employé de commerce à Save pendant deux ans.
Il est, en 1940, employé de commerce de la maison John Holt à Cotonou.
Albert Idohou était marié et père de deux enfants,
Il s’engagea rapidement dans la Résistance en juin 1940. Il y pris part avec son ami commerçant Agoussi Wabi en contribuant à l’accueil des agents de renseignement de la France libre. En compagnie d’Aloysius Odervole, sujet britannique et garde-frontière du Nigeria, ils organisèrent les déplacements de ces agents, se mettant ainsi dans l’illégalité en ne respectant pas les lois du gouvernement de Vichy.
L’arrestation d’Odervole le 25 octobre 1940 fit tomber le réseau. À son tour, Albert Idohou fut arrêté.
Le tribunal militaire permanent de Dakar les condamna à mort le 5 août 1941.
Ils furent fusillés sur le champ de tir de Fann à Dakar.
Son corps repose au cimetière de la ville de Dakar.
Albert Idohou reçut de nombreuses décorations : chevalier de la Légion d’honneur, Compagnon de la Libération par décret du 14 novembre 1944, Croix de guerre 1939-1945 avec palme.
Sources

SOURCES. Vladimir Trouplin, Dictionnaire des compagnons de la Libération, Elytis, Bordeaux, 2010. — Site de l’Ordre de la Libération.

Annie Pennetier, Françoise Strauss

Version imprimable