Né le 20 décembre 1924 à Bazoches-les-Gallerandes ex-Izy (Loiret), mort le 29 août 1944 à Asnières (Seine, Hauts-de-Seine) ; sapeur-pompier de Paris.

Fils de Jules Ernest Bel et de Suzanne Denise Darreau, épiciers, Étienne Bel vivait 8 rue Amélie à Gennevilliers (Seine, Hauts-de-Seine), il était membre de la 27e compagnie d’incendie de la Brigade des Sapeurs-pompiers de Paris. Le 25 août 1944 vers 15 heures une patrouille allemande d’une quinzaine d’hommes traversait le pont d’Épinay en direction de Gennevilliers.
Des F.F.I. étaient retranchés dans un immeuble au 135 avenue d’Épinay à Gennevilliers tirèrent sur les soldats allemands. Le cantonnement des sapeurs-pompiers était très proche, Étienne Bel décida de fermer les volets, les allemands le prenant pour un combattant tirèrent dans sa direction le blessant grièvement.
Il mourut de ses blessures le 29 août à la clinique de la rue Saint-Denis à Asnières. Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France ». Son nom figure sur la liste des sapeurs-pompiers morts pour la Libération de Paris au Musée de la police 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.).
Sources

SOURCES : Arch. PPo. BA 1801. – SHD, Caen AC 21 P 17322. – AM Gennevilliers. – « Au cœur de la Préfecture de Police de la Résistance à la Libération », Sous la dir. de Luc Rudolph, Directeur honoraire des services actifs, « La brigade de sapeurs-pompiers de Paris » par le capitaine Emmanuel Ranvoisy, Éd. LBM, 2009. — État civil.

Daniel Grason

Version imprimable