Né le 19 février 1905 à Varsovie (Pologne), exécuté sommairement le 1er mai 1944 à Lyon (Rhône) ; maroquinier ; syndicaliste CGT ; résistant au sein de l’UJRE.

Simon Sztrumpfman
Simon Sztrumpfman
Employé de commerce à Varsovie, atteint de cécité partielle, Simon Sztrumpfman fut obligé de s’exiler en raison de ses activités politiques. Après avoir séjourné en Allemagne puis en Belgique, il arriva à Paris en 1925. Il y apprit le métier de maroquinier et devint un militant ouvrier. Engagé volontaire en septembre 1939, il figure sur une photographie prise au camp de Valbonne (Ain) [document en ligne sur le site du Mémorial de la Shoah-CDJC].
De retour à Paris après l’armistice, il passa à la clandestinité et collabora avec Mounie Nadier et José Bursztyn pour organiser les intellectuels juifs dans la Résistance. Il participa à l’organisation de groupes de sabotages dans l’industrie de la fourrure qui travaillait pour l’occupant.
Menacé d’arrestation à Paris au cours de l’été 1943, Simon Sztrumpfman fut muté par son organisation à Lyon. Secrétaire de l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE), il organisa les activités des groupes de combat.
Il fut arrêté en mai 1944, torturé puis assassiné dans les caves de la Gestapo, avenue Berthelot.
Le nom de Simon Sztrumpfman figure parmi une soixantaine de militants juifs CGT "tombés dans la lutte".


Notice provisoire.
Sources

SOURCES : Bruno Permezel, Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours, 2824 engagements, 2003. — Commission intersyndicale juive auprès de la CGT, Combattants de la liberté, Paris, 1948, p. XXIII et XXXVII. — David Diamant, Combattants, héros et martyrs de la Résistance, Éd. Renouveau, 1984, pp. 196-197.

Mémorial Klarsfeld. — Mémorial de la Shoah-CDJC. — Yad Vashem (photographie).

Iconographie
Yad Vashem

Claude Pennetier, Dominique Tantin, Jean-Sébastien Chorin

Version imprimable