Né le 26 juin 1907 à Amigny-Rouy (Aisne), massacré par la Milice le 10 août 1944 à Vaux-Andigny (Aisne) ou à Busigny (Nord), chef de secteur électrique (SNCF), lieutenant FFI.

Fils de Gustave Kléber Poizot, trente ans, manouvrier à Amigny-Rouy, et Philomène Sophie Hallu, trente ans, manouvrière, son épouse, Gédéon Poizot se maria le 19 janvier 1931 à Busigny (Nord), avec Georgette Andrée Leroux.
Gédéon Poizot se rendait fréquemment à Saint-Quentin (Aisne), pour les besoins de son service. Il fit partie du maquis de Mazinghien, qui rassembla environ 250 résistants des départements limitrophes.
Il fut arrêté par la Milice, à un barrage, battu et torturé : il s’agissait de savoir où se trouvait une cache d’armes. De fait, elle fut découverte dans une citerne. Tentant de s’évader, Gédéon Poizot fut rapidement repris et massacré à l’orée du bois de Busigny, sur la route de Becquigny, en limite des départements de l’Aisne et du Nord. Une relative incertitude tient au lieu exact : le monument commémoratif est sur la commune de Vaux-Andigny, mais le site « Mémoire des hommes » a retenu celle de Busigny (Nord). Les deux communes sont par ailleurs voisines.
Un monument fut érigé sur les lieux où son corps fut retrouvé : « Ici a été tué Gédéon Poizot, lieutenant FFI, assassiné par la Milice le 10 août 1944 ».
Une plaque fut apposée sur un mur de la commune, dans la rue qui porte désormais son nom : « À la mémoire de Gédéon Poizot, mort pour la France, assassiné par la Milice le 10 août 1944 ». Son nom figure également sur le monument commémoratif du maquis de Mazinghien (Nord), et sur le monument commémoratif de Mennevret (Aisne).
La mention « Mort pour la France » a été décernée à Gédéon Poizot, à titre militaire (FFI) ; il est précisé qu’il fut tué par balles (AC 21 P 133 751). Il fut homologué FFI et DIR (R 16 P 484075). La médaille de la Résistance lui fut attribuée (décret du 24 avril 1946, JO du 17 mai 1946).
Sources

SOURCES. SHD, dossiers adm. des résistants. — L’Aisne nouvelle. Amicale des anciens du maquis de Mazinghien, Le Maquis de Mazinghien, s.l., s.d. — Sites Internet : Mémorial GenWeb ; Généalogie Aisne ; Mémoire des hommes. — Arch. dép. Aisne, J 1446. — État civil d’Amigny-Rouy.

Iconographie
ICONOGRAPHIE : IHS Aisne

Frédéric Stévenot

Version imprimable