Né vers 1922, massacré le 14 avril 1944 à Mirabel-aux-Baronnies (Drôme) ; victime civile.

Âgé de 22 ans, civil, René Blanc fut accusé d’aide aux réfractaires. Selon les sources, il aurait été abattu par des éléments de la Milice et de la LVF à Mirabel-aux-Baronnies le 14 avril 1944 pour n’avoir pas répondu aux sommations, ou bien par un soldat allemand qui aurait tiré du presbytère et tué René Blanc qui se trouvait sur la route de Piégon.
Sources

SOURCES : Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 106. Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 271. Collectif Valréas, 12 juin 44 : 53 fusillés à Valréas, p. 24. Albin Vilhet, La Résistance dans le Nyonsais, p. 35. Patrick Martin, La Résistance dans le département de la Drôme, 1940-1944, thèse Université Paris IV Sorbonne, 2001, base de données noms.

Robert Serre

Version imprimable