Né le 7 novembre 1924 à Laon (Aisne), fusillé sommairement le 10 juin 1944 à Marcilly-en-Villette (Loiret) ; sous-lieutenant FFI.

Fils d’André Gaston Ernest Martin et de Mireille Joséphine Jeanne Louise Henriette Brun, Jean Martin fut élève du lycée de garçons de Laon ; il avait été reçu en classe préparatoire à Saint-Cyr.
Membre du corps franc « Liberté ». Jean Martin a été fusillé sommairement, en juin 1944, à Marcilly-en-Villette au lieu-dit Le Cerf-Bois dans le Loiret. Il a été passé par les armes avec onze autres étudiants : Pascal de Brunhoff, André Louis, François Archer, Paul Chavasse, Henri Chavasse, Michel Gosselin, Claude Lambert, Jacques Langlois d’Estaintot, Raymond Maenhaut, Henri Méline, Henri Petit.
Jean Martin fut reconnu « Mort pour la France » par jugement du 10 juin 1945 rendu par le tribunal civil d’Orléans, et décision ministérielle du 1er mai 1945. La médaille de la Résistance lui fut décernée à titre posthume (décret du 18 mars 1970, JO du 12 mai).
Jean Martin fut homologué FFC et DIR (GR 16 P 398086). Son nom a été donné à une rue de Laon (ville basse). Il figure sur la plaque commémorative des anciens élèves du lycée de Laon.
La Ferté-Saint-Aubin, Marcilly-en-Villette (Loiret) 10 juin 1944
Sources

SOURCES. SHD, dossiers adm. résistants. — Arch. dép. Aisne, J 1446. Liste des médaillés de la Résistance à titre posthume (ap. 1948). — Site Internet : [Généalogie Aisne, fiche soldat.50630]. — Alexandre Astruc, Le plaisir en toute chose, éditions Neige, 2015.

Frédéric Stévenot

Version imprimable