Né le 16 octobre 1904 à Paris (XVIIe arr.), exécuté le 8 juillet 1944 à Portes-lès-Valence (Drôme) ; poète et peintre ; victime civile.

D’origine juive, Robert Enoch était le fils de Daniel Enoch et Anna Enoch (née Mapon). Il était le neveu des éditeurs de musique Enoch. La famille était domiciliée 164 rue de Courcelles à Paris (XVIIe arr.).
Étudiant en Sorbonne, Robert Enoch créa en 1921 la revue littéraire L’œuf dur, dont il trouva le titre et à laquelle collaborèrent durant ses trois années d’existence Jean Cocteau, Max Jacob, Pierre Mac Orlan, Pierre Naville, Blaise Cendrars, Valéry Larbaud, Drieu La Rochelle, Louis Aragon, etc… qui, presque tous rejoignirent le mouvement surréaliste en 1924. Enoch, de son nom de plume Mathias Lübeck, fréquentait les écrivains. Ensuite, il voyagea dans l’infanterie de marine puis se fit vaguement journaliste. Pendant l’occupation, ses parents furent déportés. En juin 1944, Robert Enoch fut arrêté par la Gestapo près de Lyon et emprisonné à Montluc à Lyon (Rhône).
Amené à Portes-lès-Valence (Drôme), il a été fusillé sommairement avec 33 autres détenus en représailles de sabotage le 8 juillet 1944.
Son nom figure sur la stèle des fusillés à Portes et au Mémorial de la Shoah.
Son père et sa mère furent déportés sans retour à Auschwitz-Birkenau par le convoi n° 61, parti le 28 octobre 1943.
Sources

SOURCES : Archives départementales de la Drôme, 132 J 2. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 273. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 197. — Yadvashem. — Notice Wikipédia.

Robert Serre, Dominique Tantin

Version imprimable