Né le 14 décembre 1906 à Argenteuil (Seine-et-Oise, aujourd’hui Val-d’Oise), mort des suites de blessures le 27 juillet 1944 à Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme) ; roulottier ; résistant homologué caporal-chef des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (D.I.R.),résistant AS secteur 8 Vercors (maquis de l’Isère).

Tombe d'Henri MUROT, Nécropole Nationale de Vassieux-en-Vercors (Drôme)
Tombe d’Henri MUROT, Nécropole Nationale de Vassieux-en-Vercors (Drôme)
Photo : Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0
Résistant originaire d’Argenteuil (Seine-et-Oise, maintenant Val-d’Oise), roulottier, il s’engagea dans la Résistance le 1er juillet 1944 rejoignant dans le département de l’Isère et dans le secteur 8 -Vercors (AS) le maquis du Vercors. Grièvement blessé et atteint par la gangrène, il mourut le 27 juillet 1944, peu avant l’arrivée des Allemands, à l’hôpital replié dans la grotte de la Luire à Saint-Agnan-en-Vercors (Drôme).
Henri Murot obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant, caporal-chef des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (D.I.R.)
Il fut décoré de la médaille de la Résistance à titre posthume.
Il est enterré dans la Nécropole Nationale de Vassieux-en-Vercors (Drôme), carré A, rang, 3, sépulture 58.
Son nom figure sur le monument commémoratif départemental à Saulce-sur-Rhône (Drôme).
Sources

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 406 — SHD Vincennes, GR 16 P 437989 — AVCC Caen, AC 21 P 102552 et AC 21 P 603550 (à consulter) — Archives collectives des Forces françaises de l’intérieur (site Mémoire des Hommes) AS : Secteur 8, Vercors GR 19 P 38/16 — Archives remises à l’AERD par le fils d’André Vincent-Baume, puis déposées aux Arch. Dép. Drôme. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 275. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 328.

Robert Serre, Jean-Luc Marquer

Version imprimable