Né le 12 mars 1913 à Charpey (Drôme), exécuté sommairement le 26 juillet 1944 à Beauvoir-en-Royans (Isère) ; résistant des Forces françaises de l’intérieure (FFI).

Âgé de 31 ans, de Saint-Vincent-la-Commanderie (Drôme), André Raillon était le fils de Lin Paul Ferdinand et de Marie Louise Aurélie Lucie Abisset. Il figurait parmi les prisonniers capturés en tentant de s’échapper du piège du Vercors et internés par les Allemands à Saint-Nazaire-en-Royans. Les miliciens, accompagnés de leur égérie, Simone Waro (Provence), se firent remettre ces prisonniers, et les fusillèrent le 26 juillet 1944 au lieu-dit "Les Chaussères", à Beauvoir-en-Royans (Isère).
Il est inhumé dans le caveau familial au cimetière municipal, à Saint-Vincent-la-Commanderie (Drôme).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et "Déporté et interné résistant" (DIR), [SHD Vincennes dossier GR 16 P 497897].
Son nom figure sur le monument commémoratif des fusillés, à Beauvoir-en-Royans (Isère).


Voir Beauvoir-en-Royans (26 juillet 1944)
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 132 J 30. — Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 319. Monument aux morts Saint-Vincent-la-Com.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy, Robert Serre

Version imprimable