Née le 19 septembre 1926 à Saint-Priest-Taurion (Haute-Vienne), massacrée le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; employée de maison ; victime civile.

Marie-Louise Alamôme
Marie-Louise Alamôme
Crédit : Isabel Val Viga
Hôtel - Restaurant Milord, Oradour-sur-Glane
Hôtel - Restaurant Milord, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Hôtel - Restaurant Milord, Oradour-sur-Glane
Hôtel - Restaurant Milord, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Plaque Marie-Louise Alamôme, cimetière Oradour-sur-Glane
Plaque Marie-Louise Alamôme, cimetière Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Lieu de supplice Eglise, Oradour-sur-Glane
Lieu de supplice Eglise, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Lieu de supplice Eglise, Oradour-sur-Glane
Lieu de supplice Eglise, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Marie-Louise était la fille de Jean (né le 11 octobre 1870, à Saint-Sornin-Leulac), journalier, et de son épouse Marie née Berthaud (née le 18 décembre 1885, à Châteaux Chervix), domiciliés à Véchèze commune de Cieux. Ses parents s’étaient mariés le 27 mai 1911 à Saint-Sornin-Leulac. Son père avait épousé en premières noces le 11 mars 1899 à Saint-Léger-Magnazeix, Marie Joséphine Lascoux (née le 11 avril 1879, à Saint-Léger-Magnazeix), divorcés le 28 mars 1901.
Elle était la cadette d’une fratrie de trois enfants, Madeleine (née le 19 mars 1912, à Limoges), Marguerite (née le 30 octobre 1914, à Saint-Priest-Taurion) épouse de Pierre Faure.
Elle était domiciliée aux Trois Arbres à Oradour-sur-Glane, et travaillait comme bonne à l’Hôtel Milord au Bourg d’Oradour-sur-Glane.
Elle fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich et brûlée dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane.
Marie-Louise Alamôme obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945. 
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Sa mère décède le 16 juin 1929 à Saint-Priest-Taurion.
Sa sœur Madeleine, épousera le 6 août 1951 à Limoges, Raymond Lucien Burget. Elle décède le 8 août 2003, et sa sœur Marguerite décède le 5 février 1987, toutes les deux à Limoges.
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — Mémorial GenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable