Née le 14 avril 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), massacrée le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane ; victime civile.

Michèle Aliotti
Michèle Aliotti
crédit : Mémorial GenWeb
Plaque famille Aliotti, cimetière Oradour-sur-Glane
Plaque famille Aliotti, cimetière Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga 
maison famille Aliotti, Oradour-sur-Glane
maison famille Aliotti, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga 
maison famille Aliotti, Oradour-sur-Glane
maison famille Aliotti, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga 
maison famille Aliotti (plaque), Oradour-sur-Glane
maison famille Aliotti (plaque), Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga 
Michèle Aliotti était la fille de Félix* (né le 1er juillet 1915 à Le Kef, Tunisie), sergent-chef de l’Armée de l’Air, et de son épouse Cléa Charlotte née Dobons Lusina* (née le 28 octobre 1921, à Abazzia, Italie).
Elle était la cadette d’une fratrie de trois enfants, Christiane* (née le 21 juillet 1940, à Toulon, Var), et Marie-Christine* (née le 26 septembre 1942, à Avignon, Vaucluse).
Ils s’installèrent à Oradour entre la naissance de Marie-Christine* en Avignon en septembre 1942 et celle de Michèle* à Oradour en avril 1944. 
Elle fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich et brûlée dans l’église avec sa mère et ses sœurs et l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane, le corps de sa sœur Christiane fut identifié. Son père fut mitraillé puis brûlé dans la grange Laudy dans laquelle les hommes furent massacrés.
Michèle Aliotti obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945. 
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable