Née le 22 août 1874 à Saint-Gence (Haute-Vienne), massacrée le 10 août 1944 à Oradour-sur-Glane ; cultivatrice ; victime civile.

Catherine Aliphat
Catherine Aliphat
crédit : MémorialGenWeb
plaque famille Roumy, cimetière Oradour-sur-Glane
plaque famille Roumy, cimetière Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Catherine Aliphat était la fille d’Antoine (né le 14 octobre 1837, à Saint-Gence et décédé le 3 mars 1914, à Oradour-sur-Glane), et de son épouse Catherine née Aliphat (née le 4 mars 1838, à Saint-Gence et décédée le 26 décembre 1915, à Oradour-sur-Glane), cultivateurs, colons. Ses parents s ’étaient mariés le 31 mai 1859 à Saint-Gence.
Elle était la quatrième d’une fratrie de cinq enfants, Pierre (né le 5 septembre 1860), Marie (née le 25 avril 1865), Léonard François (né le 22 janvier 1867 et décédé le 28 février 1935, à Oradour-sur-Glane), Thérèse (née le 23 mars 1878) épouse de Denis Roussy, nés à Saint-Gence.
Le 22 décembre 1892 à Peyrilhac, elle épousa Jean Roumy (né le 28 avril 1869, à Peyrilhac et décédé le 25 janvier 1940, à Oradour-sur-Glane), cultivateur. De cette union naquit un garçon, Jean* (né le 24 juin 1896, à Peyrilhac) époux de Marie Catherine Blanchon* et parents d’Albert* fiancé à Ginette Couturier*.
Devenue veuve, elle était domiciliée aux Brandes à Oradour-sur-Glane.
Le 10 juin 1944, elle était chez son fils* au Bourg d’Oradour-sur-Glane, pour les fiançailles de son petit-fils Albert* et de Ginette Couturier*.
Elle fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich et brûlée dans l’église avec sa belle-fille, la fiancée de son petit-fils et l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane. Son fils fut mitraillé puis brûlé dans la grange Desourteaux dans laquelle des hommes furent massacrés, son corps fut identifié. Son petit-fils fut mitraillé puis brûlé dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés.
Catherine Aliphat obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCE : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — Mémorial GenWeb. — Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable