Né le 3 décembre 1924 à Chamboret (Haute-Vienne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; victime civile.

andré Bardet
andré Bardet
crédit : MémorialGenWeb
André Bardet était le fils de Louis* (né le 20 avril 1902, à Cieux), menuisier, charpentier, et de son épouse Marie née Normand* (née le 13 décembre 1899, à Blond). Ses parents s’étaient mariés le 20 décembre 1923 à Cieux.
Il avait un frère cadet, Robert* (né le 15 février 1931, à Oradour-sur-Glane).
Il était domicilié avec sa famille au Bourg d’Oradour-sur-Glane, où il exerçait le métier de menuisier.
Il fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich, mitraillé puis brûlé avec son père dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés. Sa mère et son frère Robert furent brûlés dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane.
André Bardet obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945. 
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — Mémorial GenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable