Né le 15 mars 1880 à Peyrilhac (Haute-Vienne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; métayer ; victime civile.

Léonard Bardet
Léonard Bardet
crédit : MémorialGenWeb
Léonard Bardet était le fils de Léonard (né le 30 mars 1853, à Saint-Victurnien et décédé le 24 juillet 1936, à Oradour-sur-Glane), cultivateur (métayer), et de son épouse Anne née Devoyon (née le 24 décembre 1861, à Peyrilhac et décédée le 20 avril 1927, à Oradour-sur-Glane), Ses parents s’étaient mariés le 8 février 1879 à Peyrilhac.
Il était l’aîné d’une fratrie de six enfants, Jean (né le 5 mai 1882 et décédé le 1er avril 1912, à Oradour-sur-Glane) époux de Marie Senon* (parents d’Arthur Léonard* époux d’Yvonne Gendraud, parents de Gisèle* et Daniel*), Pierre (né le 4 septembre 1884 et décédé le 27 novembre 1936, à Oradour-sur-Glane) époux d’Anna Desbordes, Léonard (né le 17 décembre 1889, à Oradour-sur-Glane et décédé le 31 mars 1916, à Meuse), mort pour la France 14-18 époux de Marie Anne Gouteron, Marie* (née le 7 septembre 1894, à Oradour-sur-Glane) veuve de Jean Devoyon et de Léonard Lathière, Léonard (né le 7 juin 1900 et décédé le 13 octobre 1926, à Oradour-sur-Glane) époux d’Émilie Lathière.
Le 22 décembre 1904 à Oradour-sur-Glane, il épousa Marie-Claire Melledent* (née le 28 mai 1888, à Limoges), servante. De cette union naquirent cinq enfants, Pierre (né le 14 juin 1906) époux de Catherine Thomas* [était prisonnier de guerre], (parents d’Arsène*), Jean (né le 8 mai 1909) époux de Marie Louise Jude* [puisatier il travaillait au hameau des Grattes, à Oradour-sur-Glane, chez Mr Georges], (parents d’Hubert*, André*, René*), Alix (née le 3 mars 1911) [était à Paris], Anna* (née le 1 janvier 1913) épouse de Martial Machefer, (parents d’Yvette* et de Désiré*), tous nés à Oradour-sur-Glane, et Maurice (né le 25 juillet 1920, à Blond).
Il était domicilié avec sa famille au Bel Air, à Oradour-sur-Glane.
Il fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich, mitraillé puis brûlé dans la grange Beaulieu. Une partie des hommes de sa famille furent mitraillés et brûlés dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés. Son épouse, sa fille, ses petits-enfants et une partie de sa famille furent brûlés dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane.
Il fait partie des 52 corps identifiés pour lequel un acte de décès put être établi.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Son fils Pierre décède le 18 janvier 1985 à Verneuil-sur-Vienne. sa fille Alix épousera le 8 juin 1940 à Vigneux-sur-Seine, Ernest Polycarpe, puis en secondes noces le 12 mars 1947 à Vigneux-sur-Seine, Rodolphe Raymond Chagnon, elle décède le 28 octobre 2011. Son fils Jean épousera en secondes noces le 23 avril 1946 à Oradour-sur-Glane, Noémie Melon, il décède le 17 juillet 1983 à Oradour-sur-Glane.
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. —Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements ; son registre matricule militaire est resté introuvable.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable