Née le 7 novembre 1891 à Limoges (Haute-Vienne), massacrée le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; couturière ; victime civile.

Marguerite Beaudout était la fille de François (né le 20 octobre 1864 et décédé le 30 avril 1919, à Limoges), peintre en porcelaine, et de son épouse Marcelle Élise née Faure (née le 23 novembre 1868, à Solignac), lingère. Ses parents s’étaient mariés le 15 mars 1890 à Limoges. Son père était veuf en premières noces de Marie Couzil (née le 1er novembre 1868 et décédée le 16 février 1889 à Limoges), décalqueuse, qu’il avait épousé le 21 juin 1887 à Limoges.
Le 31 octobre 1912 à Limoges, elle épousa Pau Sauviat* (né le 2 décembre 1885, à Limoges), ouvrier en chaussures, puis chef de fabrication. De cette union naquit un garçon prénommé Pierre Paul Marcel (né le 20 juin 1913 et décédé le 17 septembre 1913, à Limoges).
En 1944, le couple était domicilié à Limoges, 15 rue du Mas Loubier.
Paul Sauviat et son épouse étaient locataires de Paul Doire sur le Champ de Foire à Oradour-sur-Glane, où il venait en fin de semaine.
Elle fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich et brûlée dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane. Son époux fut mitraillé puis brûlé dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés.
Marguerite Beaudout obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — Mémorial GenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable