Né le 22 août 1875 à Châteaulin (Finistère), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; retraité ; victime civile.

Jules, Ange, Marie Bergeron
Jules, Ange, Marie Bergeron
crédit : MémorialGenWeb
Jules Bergeron était le fils de Ange Barthélémy (né le 24 août 1844 et décédé le 12 novembre 1900, à Châteaulin), typographe, imprimeur, et de son épouse Marie-Adèle née Guizien (née le 25 mai 1852, à Châteaulin,) cabaretière. Ses parents s’étaient mariés le 23 janvier 1870 à Châteaulin (Finistère).
Le 2 avril 1902 à Doulon (Loire-Atlantique), il épousa Hélène Louise Marie Rouillard (née le 5 février 1877, à Quiberon), institutrice. De cette union naquit un garçon Marcel Jules Guillaume Marie (né le 11 février 1905, à Nantes).
Avant sa retraite, il était sous-officier infirmier militaire. Il était domicilié à Saint-Venant (Pas-de-Calais).
« Père du Docteur Bergeron, chef du service de santé militaire, venu de Saint-Victurnien à bicyclette, faire réparer une paire de souliers. »
Il fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich, mitraillé puis brûlé dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés.
Jules Bergeron obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Son épouse décède le 15 juin 1949 à Villejuif (Val-de-Marne), et son fils le 10 août 1994 à Paris (Ve arr.).
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — Mémorial GenWeb. — Archives État civil de Loire-Atlantique, Finistère, Morbihan, actes de naissances, mariage.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable