Né le 3 février 1914 à Le Donzeil (Creuse) ; exécuté par pendaison à Tulle (Corrèze) le 9 juin 1944 ; professeur de philosophie.

Marcel Demaux
Marcel Demaux
Il était le fils d’Octave Demaux, âgé de 30 ans à sa naissance, meunier au lieu-dit Lascaux, commune du Donzeil, et de Marie Champeme âgée de 24 ans, cultivatrice. Son père, ancien combattant de 1914-1918, était décédé en mai 1931 des suites de la Grande Guerre. Après avoir fréquenté le lycée de Guéret (Creuse), les facultés de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et de Bordeaux (Gironde), Marcel Demaux obtint une licence de philosophie et enseigna successivement à Guéret, Aurillac (Cantal) et à partir de 1943 au lycée de Tulle (Corrèze) .
Il fut mobilisé en 1939 dans l’infanterie à Montluçon (Allier), combattit sur la Loire et fut démobilisé en juillet 1940. Il s’était marié le 2 mars 1940 à Montluçon (Allier) avec Hélène Paz. Son épouse était professeur d’allemand à Guéret et il était en 1944 le père d’un enfant âgé de 4 ans, il avait 30 ans.
Le 9 juin 1944, il fut victime de la rafle organisée par les SS vers 6 heures du matin.
Il fut l’un des derniers – et peut-être même le dernier – à avoir été « sélectionné », après avoir été longuement, et à plusieurs reprises, interrogé.
Son nom est inscrit à Tulle sur le mémorial des Martyrs (orthographié Demaud) ainsi que sur le monument commémoratif du Lycée Périer. Il figure également sur le mémorial de la résistance creusoise à Guéret.
Tulle, 9 juin 1944 : les pendus de Tulle
Sources

SOURCES : Notes de Gilbert Beaubatie — Marc Parrotin Mémorial de la Résistance creusoise Ed. Verso 2000 — Mémorial genweb — État civil. .

Gilbert Beaubatie, Michel Thébault

Version imprimable