Victime civile de la fusillade du 22 juillet 1944 à la ferme de Bouville (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) où quatre FFI du maquis BOA trouvèrent la mort lors de l’attaque de la Gestapo.

Henri Delacroix était présent avec sa famille de trois enfants dans la ferme Lebaron qui servait de P.C. aux FFI du BOA des zones Yvetôt-Pavilly-Barentin. Habitant de Barentin près de la voie de chemin de fer Pavilly-Duclair, il vint avec sa famille vivre à la ferme de Bouville, jugeant prudent de se retirer à la campagne. Dans la ferme vivait également une seconde famille de réfugiés : Madame Bernard Petit de Pavilly et ses deux enfants.
Les frères Martin décidèrent de se suicider, d’une part pour ne pas parler, d’autre part pour
éviter l’effusion de sang pour les deux familles réfugiées avec eux dans la ferme.
Maquis BOA de Bouville (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) 21 juillet 1944
Sources

SOURCES : Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime. 1940-1944. Edité par l’Association Départementale des Familles de Fusillés de la Résistance de Seine-Maritime (1992).– Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime FLOHIC-Editions. (Page 1050), Bouville, Canton de Pavilly.– Memorial Genweb.– Le Courrier Cauchois du 20 juillet 1974.

Jean-Paul Nicolas

Version imprimable