Né le 7 janvier 1921 à Rochefort-sur-Mer (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), exécuté sommairement le 7 juin 1944 à Noailles (Corrèze) ; résistant Armée secrète.

Fils de Eugène Lagoutte et de Clotilde née Rossignol son épouse, James Lagoutte, domicilié à Saint-Georges-de-Didonne, rejoignit un maquis de Corrèze.
Combattant de la 6e Compagnie locale, fait prisonnier par les SS de la Panzerdivision Das Reich lors de l’attaque d’un train blindé allemand par le bataillon AS dit « As de Trèfle » et un bataillon FTPF de Basse-Corrèze au tunnel de Noailles (Corrèze), il fut jeté vivant dans le foyer de la locomotive.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut décoré de la Croix de Guerre à titre posthume.
Son nom est gravé à Noailles et à La Tremblade (Charente-maritime) sur le Monument commémoratif de la guerre 1939-1945 et sur le Monument aux Morts avec celui de son camarade René Golf tué le même jour par les SS en Corrèze.
Sources

SOURCES : AERI, CD-Rom La Résistance en Charente-Maritime, 2010.— Mémorial GenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Caen, AC 21 P 62673 et Vincennes GR 16 P 330719 (nc).

Dominique Tantin

Version imprimable