Née le 10 octobre 1866 à Chamboret (Haute-Vienne), massacrée le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; colon ; victime civile.

Françoise Chevalier était la fille de Léonard (né le 24 avril 1830, à Vaulry et décédé le 11 mars 1907, à Peyrilhac), et de son épouse Léonarde née Brouillaud (née le 13 janvier 1836 et décédée le 5 février 1923, à Peyrilhac), cultivateurs à Breteix, commune de Chamborêt. Ses parents s’étaient mariés le 23 décembre 1856 à Chamborêt.
Elle était la cinquième d’une fratrie de huit enfants, Françoise (née le 22 janvier 1858) épouse de François Thomas, Anne (née le 18 avril 1859 et décédée le 23 novembre 1905, à Peyrilhac) épouse de Jean Jouhannaud, Léonard (né le 18 septembre 1861 et décédé le 1er octobre 1861), Françoise (née le 10 août 1863), François (né le 17 juin 1871 et décédé le 6 septembre 1871), François (né le 21 juillet 1875 et décédé le 29 septembre 1875), joseph (né le 26 septembre 1876 et décédé le 22 décembre 1876), nés à Chamborêt.
Le 24 novembre 1883 à Oradour-sur-Glane, elle épousa Jean Devoyon (né le 22 décembre 1858 et décédé le 24 avril 1940, à Oradour-sur-Glane), colon, sœur d’Anne Devoyon épouse de Léonard Bardet et parents de Léonard* époux de Marie Melledent* (parents de Pierre époux de Catherine Thomas* et parents d’Arsène* ; de Jean époux de Marie Louise Jude* et parents d’Hubert*, André*, René* ; Anna* épouse de Martial Mâchefer et parents d’Yvette Alice* et Désiré Alain*), et parents de Jean Bardet époux de Marie Senon* (parents d’Arthur Léonard* époux d’Yvonne Gendraud* et parents de Gisèle Régine Emma* et de Daniel Jean Marc*).
De cette union naquirent trois enfants, Léonarde (née le 25 septembre 1884) veuve de Jean Bois et parents de Germaine* épouse de Fernand Hyvernaud* (parents d’Henriette* épouse de Marcel Joyeux*, parents de René* ; et parents d’Albert*, Marcelle*, Yvonne*, Albert Gabriel*, Roland*, André*), épouse en secondes noces de Martial Ledot*, Léonard (né le 30 août 1886 et décédé le 9 juin 1887), Jean (né le 19 décembre 1888 et décédé le 12 septembre 1914, à Vouziers, Ardennes), soldat 126e Régiment d’Infanterie, Mort pour la France 14-18, époux de Marie Bardet*, nés à Oradour-sur-Glane.
Elle était domiciliée à Oradour-sur-Glane.
Sa fille Léonarde échappa au massacre, habitant Le Repaire à Oradour-sur-Glane, hameau non raflé le 10 juin 1944.
Elle fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich et mitraillée, elle fut retrouvée dans une petite maison près de l’église. Sa petite-fille, ses arrières petits-enfants, ses neveux et une partie de sa famille furent brûlés dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane, les corps de sa petite-fille Germaine, de son arrière petite-fille Henriette et de son enfant furent identifiés. Ses neveux et son gendre furent mitraillés puis brûlés dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés. Son neveu Léonard Bardet fut mitraillé puis brûlé dans la grange Beaulieu dans laquelle des hommes furent massacrés, son corps fut identifié.
Elle fait partie des 52 corps identifiés pour lequel un acte de décès put être établi.
Françoise Chevalier obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Sa fille Léonarde sera témoin au procès de Bordeaux en 1953. Elle sera avec son petit-fils Marcel Hyvernaud, des habitants du village provisoire.
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — Mémorial GenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable