Né le 31 août 1925 à Château-Chinon (Nièvre), mort au combat le 11 septembre 1944 à Belmont (Haute-Marne) ; militaire d’active ; aspirant au maquis Oscar (deuxième bataillon du premier Régiment de France)

Fils de Joseph Pasquet, épicier en gros, et de Marthe Perraudin, son épouse, domiciliés à Château-Chinon. Aspirant, Michel Pasquet après sa sortie de Saint-Cyr, commandait la 2ème compagnie au deuxième bataillon, du premier Régiment de France, correspondant au sous-groupement B (qui assurait depuis le printemps 1944 la sécurité de la ligne de haute tension Paris-Kembs) et rallié, collectivement avec son Bataillon le 2 septembre 1944 au maquis Oscar.
Le jeune officier trouva la mort au combat le 11 septembre 1944, vers 11h, route de Belmont à Bussières-les-Belmont lorsqu’il fut envoyé au secours de la section du Lieutenant d’Arras, chargé d’assurer la sécurité d’un hôpital de campagne FFI installé dans le château de Saulles, et qui se heurta avec ses hommes, dans le village de Belmont, à des éléments du Ost-Bataillon 615 (composé de soldats russes). Les FFI perdirent six tués et sept disparus, qui ont été faits prisonniers (caporaux Paul Leone et Paul Thomassin, soldats André Begel, Marcel Davoult, Jean Ferre, Jean Garchery et Louis Roux).
Par décret du 4 septembre 1945 signé du général De Gaulle, l’aspirant Pasquet a été décoré, à titre posthume, de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme. Sa citation dit : "Jeune chef de section qui, par son allant, ses qualités militaires et son courage, a su faire de sa section une troupe ardente et résolue. Le 11 septembre 1944, a conduit ses hommes au feu, devant le cimetière de Belmont, et malgré une infériorité numérique écrasante, a réussi à arrêter l’ennemi. A été mortellement blessé au cours du combat."
A été homologué, à titre posthume, au grade de sous-lieutenant.
Déclaration de décès le 12 septembre du Lieutenant Raisséguier, Officier au 1er Régiment de France. Inhumé au cimetière de Château-Chinon.
Un monument rappelle, dans le village de Belmont, la mort de l’aspirant Michel Pasquet, du caporal-chef Pierre Bernard, des soldats Armand Dalloz, Raymond Jamet, Jean Perrotet et Waclaw Wlasyk
Une autre plaque stipule : "Le 11 septembre 1944, le groupe de l’aspirant Michel Pasquet, du premier Régiment de France, encerclé par les Allemands, ayant épuisé ses munitions, va succomber vers 11 h. Sur les treize hommes, on comptera six tués et sept prisonniers, dont plusieurs blessés".
Bussières-lès-Belmont (Haute-Marne), le 11 septembre 1944
Sources

SOURCES : Clovis, Le prix de la liberté. — Mémoire des hommes. — N° 24 du registre de décès de Bussières-les-Belmont. Le 1er Régiment de France et la Résistance de Jean-Paul Gires (2016). — Notes de Michel Gorand

Lionel Fontaine

Version imprimable