Né le 28 janvier 1908 à Halanzy (province de Luxembourg, Belgique), exécuté sommairement lors du massacre de Maillé (Indre-et-Loire) par des troupes allemandes le 25 août 1944 ; cheminot domicilié à Lucquy (Ardennes) ; résistant.

Employé de la SNCF, René Jamin fut mobilisé en 1939 et participa activement à la bataille de France où il se distingua, il fut deux fois blessé lors de la défense de Dunkerque en 1940. Rentré à Lucquy, il reprit le travail et entra en résistance. Il participa dès la fin de l’année 1942 à de nombreuses activités de résistance : hébergement d’aviateurs alliés, ravitaillement de réfractaires, sabotage de matériel ferroviaire au dépôt SNCF d’Amagne-Lucquy (Ardennes). En juin 1944, recherché par la police allemande, il se réfugia à Maillé, où il rejoignit un maquis et participa à deux sabotages sur voie ferrée les 20 et 23 août 1944. Il fut exécuté lors du massacre de Maillé par des troupes allemandes (124 tués), le 25 août 1944.
Il fut décoré à titre posthume de la croix de guerre et cité à l’ordre de la division par le Général de division Préaud (« Extrait ordre particulier n° 51 » du 8 octobre 1945). Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Lucquy ainsi que sur le mémorial de la Résistance de Berthaucourt à Charleville-Mézières (Ardennes).
Sources

SOURCES : Arch. Familiales Jamin. — Philippe Lecler, Le temps des partisans, suivi de "Mémorial de Berthaucourt, la Résistance et sa répression dans les Ardennes", Éditions D. Guéniot, Langres, 2009.

Philippe Lecler

Version imprimable