Né le 14 décembre 1894 à Moëlan-sur-Mer (Finistère), exécuté le 10 juin 1944 à Port-Louis (Morbihan) ; professeur ; résistant ; Service National Maquis ; FFI.

Émile Mazé
Émile Mazé
SOURCE :
Centre d’animation historique
du pays de Port-Louis
Sur le mur du Mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur le mur du Mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur le monuments aux morts</br> de Guémené-sur-Scorff
Sur le monuments aux morts
de Guémené-sur-Scorff
Collège Émile Mazé de Guémené-sur-Scorff
Collège Émile Mazé de Guémené-sur-Scorff
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Émile Mazé était le fils de Jean Émile Mazé, instituteur laïc, et d’Émilie Guével. Célibataire, agrégé de mathématiques en poste successivement à Brest, Caen, Quimper, il était professeur en classes préparatoires au lycée Dupuy de Lôme à Lorient (Morbihan).

C’est au sein de ce lycée de Lorient qu’il commença à constituer un petit groupe de résistants rattaché au mouvement Service national Maquis. Après les bombardements alliés des 15 et 16 janvier 1943 qui détruisirent le lycée Dupuy de Lôme de Lorient, Émile Mazé et ses élèves furent transférés à Guémené-sur-Scorff (Morbihan). La charcuterie Guillemot en centre ville lui servait de quartier général, où il fournissait des faux papiers à de nombreux jeunes gens cherchant à échapper au Service du travail obligatoire (STO).
À la suite d’un attentat commis le 30 avril 1944 contre un véhicule allemand, plusieurs jeunes de son groupe furent arrêtés à Guémené-sur-Scorff le 2 mai 1944, Francis Trébuil et Aimé Trébuil, Jean Feuillet et Jean Martin, alors que lui-même était dans sa famille à Douarnenez (Finistère). De retour à Guémené et mis au courant, il ne fit rien pour se mettre à l’abri et se laissa arrêter le 4 mai, sans doute dans l’espoir de pouvoir faire libérer ses jeunes élèves. Ils furent internés ensemble à la prison de Locminé (Morbihan), puis transférés le 16 mai 1944 à la citadelle de Port-Louis. Ils y furent exécutés au petit matin du 10 juin 1944 avec deux jeunes FFI, Roger Le Cunff et Bertrand Perennou, alors que leur départ pour la prison de Vannes (Morbihan) leur avait été annoncé la veille.

Le corps d’Émile Mazé fut retrouvé parmi les soixante-neuf corps découverts le 18 mai 1945 dans les décombres du stand de tir de la citadelle de Port-Louis, et identifié le lendemain. Il fut inhumé dans le cimetière de Douarnenez.

Émile Mazé a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI.

Dans le Morbihan, le nom d’Émile Mazé est inscrit sur le mur du Mémorial des fusillés de la citadelle de Port-Louis. À Guémené-sur-Scorff, une rue et un collège portent son nom. À Lorient, une rue « Émile Mazé » jouxte le lycée Dupuy de Lôme.
Dans le Finistère, une rue de Douarnenez porte également son nom.
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, 21 P 376 921. — SHD, Vincennes, RG 16 P 407152. — Centre d’animation historique du pays de Port-Louis (photo). — " Ils retrouvent la tombe de l’enseignant fusillé ", Ouest-France, 14 avril 2011. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — " Les Martyrs de la citadelle de Port-Louis ", Chroniques Port-Louisiennes, juillet 1995 — Mémorial GenWeb. — Site des Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56 — État civil, Port-Louis (acte de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable