Née le 5 décembre 1889 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), massacrée le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane ; couturière ; victime civile.

Léonie Joyeux épouse Mondot
Léonie Joyeux épouse Mondot
Archives familiales Mondot-Salhi
Léonard Mondot et son épouse Léonie née Joyeux, devant leur maison, à Oradour-sur-Glane
Léonard Mondot et son épouse Léonie née Joyeux, devant leur maison, à Oradour-sur-Glane
Crédit : archives familiales Mondot-Salhi
maison de Léonard Mondot et Léonie Joyeux (avant 1944), Oradour-sur-Glane
maison de Léonard Mondot et Léonie Joyeux (avant 1944), Oradour-sur-Glane
Crédit : archives familiales Mondot-Salhi
maison de Léonard Mondot et Léonie Joyeux (après 1944), Oradour-sur-Glane
maison de Léonard Mondot et Léonie Joyeux (après 1944), Oradour-sur-Glane
Crédit : archives familiales Mondot-Salhi
plaque famille Mondot - Joyeux, cimetière Oradour-sur-Glane
plaque famille Mondot - Joyeux, cimetière Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
Léonie Joyeux était la fille de Joseph (né le 11 avril 1854 et décédé le 22 août 1920, à Oradour-sur-Glane), et de son épouse Valérie née Chatenet (née le 30 mars 1859, à Cieux et décédée le 30 mai 1906, à Oradour-sur-Glane), cultivateurs. Ses parents s’étaient mariés le 6 octobre 1877 à Oradour-sur-Glane.
Elle était la cadette d’une fratrie de cinq enfants, Marguerite (née le 10 août 1878 et décédée le 13 décembre 1883, à Oradour-sur-Glane), Marie (née le 13 janvier 1881) épouse de Joseph Colombeau, Célestin (né le 6 janvier 1883) veuf de Marie Jeantaud, divorcé de Catherine Masmaud*, Émilie Marie (née le 30 juin 1885 et décédé le 28 novembre 1934, à Paris) époux de Félix Eugène Bellety, nés à Oradour-sur-Glane.
Le 21 février 1911 à Oradour-sur-Glane, elle épousa Léonard Mondot* (né le 26 août 1887, à Peyrilhac), ouvrier agricole. De cette union naquirent trois enfants, Denise Adrienne* (née le 21 novembre 1911) épouse de Maurice Marcel André Lainé, parents de Jysette Françoise*, Martial Adrien (né le 12 avril 1915), Ida Georgette (née le 29 novembre 1919) épouse de Louis Desseix, parents de Jacques*, tous nés à Oradour-sur-Glane.
En 1944, la famille Mondot était domiciliée au hameau Chez Magnaud, à Oradour-sur-Glane.
Elle fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich et brûlée dans l’église avec ses petits-enfants, sa belle-sœur et l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane. Son époux fut mitraillé puis brûlé dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés.
Léonie Mondot obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Sa fille Adrienne Denise décède le 21 septembre 2002, inhumée à Oradour-sur-Glane. Sa fille Ida Georgette décède le 26 août 1972 à Limoges, inhumée à Oradour-sur-Glane. Son fils Martial Adrien épousera le 23 décembre 1948 à Limoges, Odette Richard, ils divorcèrent le 8 mai 1973 à Tours.
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — Mémorial GenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements. — Documentation de la famille Mondot communiquée par Madame Claudette Salhi, née Lainé.

Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Version imprimable