Né le 9 août 1922 à Coutures (Moselle), mort en action le 21 juillet 1944 à Saint-Germain-les-Vergnes (Corrèze) ; résistant FFI.

Henri Ritter
Henri Ritter
Crédit Photo : Ascomémo-Hagondange
Expulsé par les Allemands de Coutures en Moselle annexée le19 novembre 1940 avec sa famille et 91 habitants sur 150. Réfugié à Sainte-Féréole (Corrèze). Entré en résistance sous le pseudonyme « Camus ».
Le 20 juillet 1944, le sergent-chef FFI Emile Georges originaire de Lubrécourt (Moselle) vint chercher les jeunes Mosellans réfugiés à Sainte-Féréole qui n’avaient pas pu rejoindre les rangs des FFI faute d’armes. Il devait les conduire au camp de Saint-Mexant (Corrèze) commandé par le lieutenant Dargenson (Commandant David). Le 21 juillet, au matin, au lieu de suivre l’itinéraire qui leur avait été indiqué (Lajoinie, La Buge, Chanteix, Saint-Mexant), ils prirent la route en direction de Saint-Germain-les-Vergnes. Prévenus par Mme. Pierrefitte de Sainte-Féréole que la Milice se trouvait dans le bourg, ils n’en continuèrent pas moins leur chemin. La Werhmacht venant de Lachamp, après avoir abattu Eugène Bossoutrot*, alors que la Milice venant de Brive-La-Gaillarde rattrapait le groupe de jeunes au lieu-dit La Valeyrie, à proximité de Lachamp. Des coups de feu éclatèrent et le groupe fut encerclé. Trois jeunes dont deux Mosellans réussissaient à s’échapper. Henri Ritter fut grièvement blessé, achevé à coups de crosse. Deux autres personnes* furent également abattues.
Récupéré vers 19h, identifié difficilement par ses parents, il fut inhumé à Saint-Germain-les Vergnes le lendemain matin avec deux* camarades. Son corps fut rapatrié à Coutures en 1949. Son nom figure sur la stèle commémorative de la Cote au bord de la RD 44, au sud de Saint-Germain-les-Vergnes.
Sources

SOURCES : AVCC, dossier statut. — AD Moselle 3W70. — Gabriel et Robert Offroy, Château-Salins autrefois, Sarreguemines, éd. Pierron, 1984, p. 238-240. — Gazette municipale de Saint-Germain-les-Vergnes, n°6, janvier 2003, p.52.

Philippe Wilmouth

Version imprimable