Né le 21 juillet 1891 à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), fusillé comme otage le 7 mars 1942 à Clairvaux (Aube) ; ouvrier chaudronnier ; militant syndicaliste et communiste de Saône-et-Loire.

Paul Chabassière
Paul Chabassière
Fils d’un maçon, Paul Chabassière, ouvrier chaudronnier, était en 1932 secrétaire adjoint de la cellule communiste de sa commune natale dont H. Mome assurait le secrétariat. Syndiqué à la CGTU, il assista le 28 juin 1924 à l’hôtel de ville de Chalon au congrès départemental. Il était, en 1927, secrétaire général de l’Union locale CGTU en remplacement de Pierre Morey. Il devint par la suite secrétaire du syndicat des Métaux CGT de Chalon-sur-Saône.
Paul Chabassière fut arrêté le 20 septembre 1941, puis condamné par la justice française à trois ans d’emprisonnement. Détenu à la prison centrale de Clairvaux, il fut l’un des quinze otages fusillés le 7 mars 1942 par les Allemands en représailles aux attentats commis à Dijon (Côte-d’Or) le 28 décembre 1941 et 10 janvier 1942 contre le foyer du soldat allemand.
Son nom figure sur le monument commémoratif des fusillés de la prison de Clairvaux, à Ville-sous-la-Ferté (Aube), sur sur la plaque commémorative des déportés apposée sur le mur du cimetière ouest et sur la plaque commémorative de l’avenue de Paris, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII, dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Nat., F7/13 130 et F7/13 014. – Jeanne Gillot-Voisin, La Saône-et-Loire sous Hitler, Mâcon, FOL, 1996. – André Jeannet, Mémorial de la Résistance en Saône-et-Loire. Biographie de résistants, Mâcon, 2005, JPM. – L’Humanité dimanche, 7 septembre 1958. – État civil (aucune mention marginale), mai 2002.— Mémorial Genweb.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable