Né le 11 mars 1887 à Laroque-des-Arcs (Lot), civil massacré le 21 août 1944 à Comblanchien (Côte-d’Or) ; retraité des transports.

Joseph Blanc était le fils d’Antoine, cultivateur et de Victorine Rigouste. Il se maria le 29 novembre 1913 à Paris (XVIe arr.) avec Jeanne Marie Boissard dont il eut une fille.
Il fut employé à la compagnie des omnibus, à Paris. Il était retraité de la TCRP (transports parisiens) et demeurait au village de Prissey (Côte-d’Or), tout près de Comblanchien.

Le 21 août 1944 dans la soirée le village de Comblanchien fut investi par deux groupes de soldats allemands, des feldgendarmes venus de Beaune et des gardes-voies stationnés dans un train en bas du village. Il s’agissait d’une opération punitive, la commune de Comblanchien étant soupçonnée de résistance. 52 maisons et la toiture de l’église furent incendiées, 8 personnes abattues dont Joseph Blanc, plusieurs blessées et 23 hommes emmenés en otage dont 9 seront déportés.
Joseph Blanc s’était caché dans les vignes, en face de sa maison, et c’est en voulant s’enquérir du sort de sa famille qu’il se montra et fut abattu.

Il est inhumé au cimetière communal, à Comblanchien.

Son nom figure sur le monument commémoratif de Comblanchien, situé devant l’église. Une rue du village porte son nom.

Voir monographie de Comblanchien (21 août 1944)
Sources

SOURCES : Journal Le Bien Public, Dijon de 1984 à 2016.— Sites Internet divers.— Mémorial GenWeb.— État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable