Né le 6 avril 1926 à Annay-sur-Lens (Pas-de-Calais), brûlé vif le 14 juin 1944 à Vadencourt-et-Bohéries (Aisne) ; résistant FTPF (2e compagnie) ou FFI

Fils de Demeester Maurice Marcel et de Thélie Paule, Roland Demeester est l’une des vingt-sept victimes abattues le 14 juin dans la région de Guise. L’acte de décès indique que « le 14 juin 1944, 6 heures, un individu du sexe masculin, dont l’identité n’a pu être établie, est décédé au lieu-dit Bohéries, dans la maison Mulet-Romby. L’état du corps n’a pas permis de donner aucun signalement ».
D’après l’article d’un journal local, « le 14 juin 1944, vers 6 h, les SS d’Hirson arrivent en renfort pour tenter de contrer une embuscade montée par le capitaine Cavroy et ses hommes. Les SS installent une mitrailleuse à l’endroit du monument actuel. Les Francs tireurs partisans (FTP) sortent de la grange de la ferme d’en face pour passer à travers les SS. Roland Demeester et Charles Roche sont blessés et se réfugient dans la maison de la ferme. Les Allemands y mettent le feu et les deux jeunes résistants sont brûlés vifs ».
Une autre source indique que vers 7 heures, alertés par l’arrêt des coups de feu à Bohéries et voulant sauver les rescapés éventuels que leur avaient signalés les FTPF après l’engagement du Bosquet Cardot, les pompiers de Vadencourt prirent la pompe à incendie et se dirigèrent vers la maison Mulet. Ils en furent empêchés par les Allemands qui ne cachèrent pas avoir allumé le feu.
Le nom de Roland Demeester figure sur les monuments d’Annay-sous-Lens (Pas-de-Calais) et de Vadencourt.
« Tué au combat » , Roland Demeester fut reconnu le 6 septembre 1945 « Mort pour la France » (AC 21 P 116764).
Sources

SOURCES. Sites Internet : Mémoire des hommes ; MémorialGenWeb ; L’Aisne nouvelle, 16 juin 2017 ; site de Vadencourt. — Renseignements Jean-Marie Caudron.

Iconographie
ICONOGRAPHIE. Site Internet : Mémorial GenWeb

Frédéric Stévenot

Version imprimable