Né le 5 mars 1908 à Haravilliers (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), exécuté sommairement le 16 août 1944 à Domont (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) ; cultivateur ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) de Seine-et-Oise et du mouvement "Défense de la France".

André Commelin
André Commelin
André Commelin était le fils de Ferdinand Albert, rentier et de Julienne Alexandrine Léontine Lemoine. Il exerçait la profession de cultivateur à Nerville-la-Forêt (Seine-et-Oise). Il se maria le 22 septembre 1931 avec Simone Émilie Marie Pilardeau, dont il eut quatre enfants.
Il entra dans la Résistance en 1941 en aidant des prisonniers évadés et des parachutistes, puis en en hébergeant des réfractaires . Lorsque le maquis de Seine-et-Oise Nord se constitua en février 1944, il s’enrôla immédiatement dans le groupe local de Nerville (aujourd’hui Nerville-la-Forêt) et devint chef de groupe FFI avec le grade de sergent. Il mit à disposition du commandement un de ses hangars pour abriter l’imprimerie clandestine du poste de commandement. Il prit en charge l’équipe technique de cette imprimerie et favorisa son adaptation dans le pays ainsi que son ravitaillement. Il éditait le journal du mouvement "Défense de la France". Payant de sa personne, il exécutait lui-même les liaisons et les transports de papiers. Par la suite, il installa un poste de commandement de secteur dans la région et organisa le ravitaillement de deux groupes d’action immédiate.
Il fut arrêté à son domicile le 15 août 1944 suite à dénonciation. Sa ferme fut incendiée sous ses yeux mais il refusa de parler sauvant de nombreuses vies. André Commelin fut emmené comme otage ainsi que Henri Sadier, maire de Nerville, Paul Duclos, instituteur et secrétaire de mairie, Marcel Harlay, ouvrier agricole et son frère Roger, Monsieur Deforge, âgé de 72 ans et Roger Faure. Ces trois derniers furent relâchés et les quatre autres emmenés à la feldgendarmerie d’Enghien pour être interrogés. Un ordre de déménagement de la kommandantur ayant probablement été donné, ils furent emmenés par les SS et fusillés à la mitrailleuse le 16 août 1944 à 18h45, sur le chemin vicinal n° 1, à environ 60 mètres du lieudit "Les Quatre-Chênes", à Domont.
Ses obsèques eurent lieu le 12 septembre avec celles des Nervillois et il fut transporté et inhumé au cimetière communal de Haravilliers (Val-d’Oise).
André Commelin obtint la Croix de Guerre 1939-1945 à titre posthume et la mention "Mort pour la France" le 3 décembre 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des fusillés, au Carrefour des Quatre- Chênes à Domont (Val-d’Oise), sur les monuments aux morts d’Épône (Yvelines), d’Haravilliers (Val-d’Oise) et sur la plaque commémorative, à l’intérieur de l’église Saint-Rémy, à Marines (Val-d’Oise).
Sources

SOURCES : Dossier AVCC 21P 47922.— Archives Nervilloises, août 1944 "La Tragédie", dossier de Vincent et Claude Danis.— Site internet : L’histoire de Nerville-la-Forêt.—

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable