Né le 26 août 1927 à Paris (XIVe arr.), exécuté sommairement le 16 août 1944 à Domont (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) ; fleuriste ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Jacques Edmond Debris était le fils de Eugène, mécanicien et de Dominica Méharon, sans profession. Il était célibataire et exerçait la profession de fleuriste.
Jacques Debris entra dans les Forces françaises de l’Intérieur (FFI) au groupe de Nerville. Le 13 août 1944 à Nerville-la-Forêt, un groupe de maquisards fit deux prisonniers allemands qui furent relâchés en rase campagne. Deux jours plus tard, le village fut encerclé par un détachement de SS et incendié. Les Nervillois de 16 à 30 ans furent rassemblés et 13 d’entre eux dont Jacques Debris furent pris en otage et conduits à la feldgendarmerie d’Enghien (Seine-et-Oise) pour y être interrogés. Un ordre de déménagement de la kommandantur ayant probablement été donné, ils furent emmenés le lendemain par les SS et fusillés dans la soirée du 16 août 1944 à 18h45 sur le chemin vicinal n°1, près du lieu-dit "Les Quatre-Chênes", à Domont, où leurs corps furent laissés sur place.
Jacques Debris est inhumé au cimetière communal de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis).
Il obtint la mention "Mort pour la France" le 23 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument aux morts, à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) et sur le monument commémoratif des fusillés, à Domont (Val-d’Oise).
Sources

SOURCES : Châteaubriant, journal de l’Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française et de leurs Amis n° 235 4e trimestre 2010.— Archives Nervilloises, août 1944 "La Tragédie", dossier de Vincent et Claude Danis.— Maitron, monographie des lieux d’exécution : Domont, Carrefour des Quatre-Chênes (12-16 août 1944).— Mémorial Genweb.— État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable