Né le 3 mai 1915 à Paris (XIIIe arr.), mort en action le 5 août 1944 à Saint-Pardoux (Haute-Vienne) ; résistant de l’Armée secrète (AS).

Stèle au lieu-dit La Brandouille, commune de Saint-Pardoux (Haute-Vienne)
Stèle au lieu-dit La Brandouille, commune de Saint-Pardoux (Haute-Vienne)
Crédit : Nadine Van Poucke-Pardoux
Jean Duditlieu était un combattant du maquis AS de Grandmont (ou Grammont), dans les Monts d’Ambazac (Haute-Vienne). Le 5 août, lorsque leur camp fut attaqué par les Allemands, les maquisards se dispersèrent. Jean Duditlieu et Léon Garbarovitsch tentèrent de retarder l’ennemi et s’embusquèrent au lieu-dit La Brandouille sur la commune de Saint-Pardoux, pour tirer sur un détachement allemand qui franchissait le pont de Santrop, sur la commune de Razès. Ils furent mortellement touchés par un tir de mortier et d’armes automatiques.
Dans l’acte de décès dressé le 5 août 1944 par le maire de Saint-Pardoux pour un inconnu, son signalement est le suivant : « taille un mètre soixante-dix, corpulence : forte, cheveux : blonds, […] vêtu d’une veste, d’un pantalon et d’une chemise kaki, coiffé d’un béret basque et chaussé de souliers montants. »
L’identité de Jean Duditlieu fut établie par jugement du Tribunal civil de Bellac en date du 12 juillet 1945. Il obtint la mention Mort pour la France.
Les noms des victimes sont inscrits sur une stèle élevée au lieu-dit La Brandouille. La date indiquée, le 6 août, est erronée. Les victimes ont bien été tuées la veille.


Saint-Sylvestre et les environs (3-5 août 1944)
Sources

SOURCES : SHD-AVCC Caen AC 21 P 175830 (à consulter). — Le Populaire du 4 août 2006. – Mémoire des Hommes. — Informations et acte de décès communiqués par Madame Nadine Van Poucke-Pardoux (novembre 2018). — Mémorial de la Résistance et des Victimes du nazisme en Haute-Vienne publié par le Comité de la Haute-Vienne des Amis de la Résistance (ANACR).

Bernard Pommaret, Dominique Tantin

Version imprimable