Né le 21 février 1925 à Melun (Seine-et-Marne), exécuté sommairement le 10 juin 1944 à Marcilly-en-Villette (Loiret) ; étudiant parisien ; résistant des FFC du réseau Vélite-Thermopyles.

Fils de Louis, Marcel Petit et de son épouse Isabelle Dethire, Henri Petit était domicilié 48 Boulevard de Belgique, Le Vésinet (Seine-et-Oise, Yvelines). Ses parents habitaient 34 avenue de Condé à Valenciennes (Nord) après guerre.
Étudiant au Collège Stanislas (Paris VI arr.), après avoir obtenu un baccalauréat ès Sciences (langue allemand), il suivait les cours de la prépa Navale.
Résistant, il était membre du corps franc « Liberté ».Réseau : FFC-Vélite-Thermopyles matricule : RX 3050
Henri Petit a été fusillé sommairement, en juin 1944, à Marcilly-en-Villette au lieu-dit Le Cerf-Bois dans le Loiret. Il a été passé par les armes avec onze autres étudiants : Pascal de Brunhoff, André Louis, François Archer, Paul Chavasse, Henri Chavasse, Michel Grosselin, Claude Lambert, Jacques Langlois d’Estaintot, Raymond Maenhaut, Jean Martin, Henri Méline, Henri Petit.
Henri Petit a été reconnu Mort pour la France, par décision ministérielle du 27 décembre 1948, Interné résistant IR, sous-lieutenant avec prise de rang le 1er juin 1944 (décret du 7 février 1949, JO du 16 février 1949).
Son dossier de résistant indique sa qualité d’agent P1 du 1er octobre 1943 au 5 juin 1944 puis P2 du 6 juin 1944 au 10 juin au Réseau Vélite-Thermopyles.
La Ferté-Saint-Aubin, Marcilly-en-Villette (Loiret) 10 juin 1944
Sources

SOURCES : SHD Vincennes GR 16 P 471432 (notes Geneviève Launay) . —
Alexandre Astruc, Le plaisir en toute chose, éditions Neige, 2015.

Annie Pennetier

Version imprimable