Né le 11 février 1925, fusillé sommairement le 10 juin 1944 à Marcilly-en-Villette (Loiret) ; étudiant ; résistant réseau Vélite-Thermopyles.

Louis André fut élève au Collège catholique Stanislas à Paris VIe arr. de 1943 à 1944, en classe préparatoire de l’École centrale.
Membre du corps franc « Liberté », Louis André a été fusillé sommairement, en juin 1944, à Marcilly-en-Villette au lieu-dit Le Cerf-Bois dans le Loiret. Il a été passé par les armes avec onze autres étudiants : Pascal de Brunhoff, André Louis, François Archer, Paul Chavasse, Henri Chavasse, Michel Grosselin, Claude Lambert, Jacques Langlois d’Estaintot, Raymond Maenhaut, Jean Martin, Henri Méline, Henri Petit.
Le garde champêtre de Marcilly-en-Villette, Eugène Rousselet, découvrit les douze corps le 11 juin à 16h au lieu dit Cerf-Bois. Les douze furent déclarés morts le 10 juin dans la soirée et inhumés à Marcilly-en-Villette. La mairie de Marcilly enregistra le 10 mars 1945 le jugement déclaratif de décès, suite à une décision ministérielle.
Il a reçu la mention Mort pour la France.
Reconnu comme sous-lieutenant FFI, réseau Vélites-Thermopyles, il obtint à titre posthume le Légion d’honneur, la médaille de la Résistance, et la Croix de guerre 1939-1945.
La Ferté-Saint-Aubin, Marcilly-en-Villette (Loiret) 10 juin 1944
Sources

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 7736 . — Alexandre Astruc, Le plaisir en toute chose, éditions Neige, 2015. — Notes de Ginsburger-Vogel. — MémorialGenweb.

Claude Pennetier

Version imprimable