Né le 2 mai 1928 à Vierzon-Forges (Cher), mort en action le 31 août 1944 à Saint-Hilaire-de-Court (Cher) ; manœuvre ; résistant du Cher, soldat FFI.

Fils d’Armand, Alphonse Deschâtres et d’Agnès, Marie, Jeanne Escoubé, son épouse. Célibataire, manœuvre, Jean Deschâtres était domicilié, rue de la Paix à Vierzon-Bourgneuf.
Il s’engagea à 16 ans dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) et fut tué le 31 août 1944, par les Allemands, lors de la bataille de Saint-Hilaire-de Court. La bataille opposa, le 31 août 1944, 2000 soldats allemands et 300 résistants FTP dirigés par Henri Diaz (commandant Bertrand) . Les résistants eurent quatre morts (Georges Bouffault, Jean Deschâtres, André Guillemet, Marc Cadet dans les combats et la répression qui suivit. Jean Talbot fut blessé.
Jean Dechâtres était un résistant de Saint-Georges-sur-la-Prée, sous les ordres du lieutenant Talbot. Il fut tué au moment où sa section se repliait.
Son nom est inscrit sur la plaque commémorative, rue du 31 août 1944 à Saint-Hilaire-de-Court. Déclaration de décès le 2 septembre de René Rousseau, garde-champêtre.
Jean Déchâtres fut reconnu « Mort pour la France », note du 8 avril 1949. Il a été homologué résistant FFI.
Sources

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16P 178723 (nc).— La Résistance dans le Cher 1940-1944, op. cit. — Henry Diaz, Les sentiers de la liberté.Mémoires du commandant Bertrand, 1939-1946, Temps des cerises, 1999. — AERI, cédérom Cher.— MémorialGenweb. — N° 9 du registre des décès de Saint-Hilaire-de-Court.

Michel Gorand, Annie Pennetier, Claude Pennetier

Version imprimable