Né le 4 août 1923 à Pluvigner (Morbihan), exécuté le 22 juillet 1944 à Colpo (Morbihan) ; FFI.

Sur le monument cantonal 1939-1945</br> de Pluvigner
Sur le monument cantonal 1939-1945
de Pluvigner
Sur le monument aux morts communal de Pluvigner
Sur le monument aux morts communal de Pluvigner
Sur la stèle des fusillés de Landaul
Sur la stèle des fusillés de Landaul
Sur le monument de Botségalo en Colpo
Sur le monument de Botségalo en Colpo
Sur le mémorial FFI d'Auray
Sur le mémorial FFI d’Auray
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
André Le Gleuher était le fils de Jean Louis Le Gleuher, charretier, et de Marie Julienne Duclos, sans profession. Il était domicilié à Landaul (Morbihan).

Il rejoignit les Forces françaises de l’intérieur au sein du 2e Bataillon FFI (ORA) du Morbihan, commandé par par Yves Le Garrec [pseudonyme dans la Résistance : commandant Yves]. Arrêté le 19 juillet 1944 à Pluvigner avec Pierre Nagot, il fut emmené dans l’école des filles de Locminé (Morbihan) transformée en prison par les agents du Sicherheitsdienst (SD-service de sécurité de la SS), et y fut interrogé et torturé.
Le 22 juillet 1944, André Le Gleuher fit partie des treize détenus de Locminé qui furent amenés dans le bois de Coët-Kermeno à Botségalo en Colpo où ils furent exécutés d’une balle dans la nuque : André Le Gleuher, Joseph Brient, Fernand Cargouët (qui a survécu), Lionel Dubray, Louis Le Bail, Pierre Le Bot, Robert Le Calvé, Édouard Le Penne, Pierre Nagot (qui retrouvé agonisant est décédé à l’hôpital de Vannes le 24 juillet 1944), Charles Renauld, et trois exécutés non identifiés (Inconnu 3, Inconnu 4, Inconnu 5).

Sur les registres de l’État-civil de Colpo, l’acte de décès numéro 46 dressé le 24 juillet 1944, fait mention de la découverte le 23 juillet 1944 au lieu-dit Coët Kermeno, du corps d’« un individu de sexe masculin dont l’identité n’a pu être établie et dont la mort paraît remonter à vingt-quatre heures ». Par un jugement du tribunal civil de Vannes rendu le 28 novembre 1944 et retranscrit en mairie de Colpo le 22 mars 1945, ce corps a été reconnu officiellement comme étant celui d’André Le Gleuher.

André Le Gleuher a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué ainsi que la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 3 juin 1960, publié au JO le 10 juin 1960.

Dans le Morbihan, le nom d’André Le Gleuher est inscrit sur le monument commémoratif érigé à Botségalo en Colpo.
À Landaul, son nom a été ajouté à la liste des cinq jeunes FTPF exécutés le 30 avril 1944 sur la stèle dédiée aux « Martyrs de Landaul fusillés par les Allemands le 30 avril 1944 ».
Il figure aussi à Pluvigner sur le monument aux morts et sur le monument cantonal 1939-1945.
À Auray, son nom, orthographié « Le Gluher », est gravé sur le monument dédié aux FFI du 2e Bataillon du Morbihan.
Sources

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 355690. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Mémorial GenWeb. — Site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Pluvigner (acte de naissance), Colpo (acte et jugement déclaratif de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable