Né le 10 juin 1907 à Villers-Guislain (Nord), mort en action le 23 août 1944 à Montluçon (Allier) ; réfugié à Lépaud (Creuse) ; garde des voies et communications ; résistant AS de la Creuse.

Originaire du nord de la France, il était le fils d’Armand Joseph Godon âgé de 23 ans à sa naissance, bûcheron et de Marguerite, Victoria Thiery âgée de 21 ans, domiciliés rue de l’Abreuvoir à Villers-Guislain. Armand Godon était en 1944 domicilié à Lépaud (Creuse) vraisemblablement réfugié en Creuse. Là, il était garde des voies et communications. Il avait épousé Madeleine Goupil.
Il s’engagea dans la Résistance au sein du maquis de Chambon-sur-Voueze (Creuse), 5ème compagnie de l’AS. Ce maquis formé au début du mois de juin 1944 participa le 8 juin 1944 à la libération à la station thermale d’Evaux-les-Bains (Creuse) des détenus gardés en résidence forcée (des personnalités regroupées là par le gouvernement de Vichy, les généraux de la Laurencie et Doyen, membre de la commission d’armistice, les anciens députés Champetier de Ribes, Calmont, Lussy et Nicod ...). Se renforçant rapidement en effectifs, la compagnie participa ensuite à des opérations de sabotage et de harcèlement dans le nord-est de la Creuse.
Dans la nuit du 19 au 20 août 1944, les chefs de la Résistance montluçonnaise décidèrent de libérer la ville de Montluçon (Allier) et de mettre le siège devant la caserne Richemont où s’était rassemblée l’essentiel de la garnison allemande. Près de 1500 FFI furent rassemblés pour mener ces opérations, dont des renforts venus du département voisin de la Creuse, 5ème compagnie de l’AS et 2105ème compagnie FTPF. Les combats durèrent jusqu’au 24 août lorsqu’un convoi allemand en repli depuis Limoges parvint un moment à desserrer l’étau et permettre à l’ensemble des forces allemandes d’évacuer la ville le soir même. Armand Godon fut tué dans les combats le 23 août 1944 en même temps qu’un autre maquisard de la même compagnie René Grandjean.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom figure sur le monument aux morts de Lépaud ainsi que sur le mémorial de la résistance creusoise à Guéret. Son nom figure également sur le Mémorial aux morts pour la Libération de Montluçon.
Sources

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 193704, dossier Armand Godon (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 261066, dossier Armand Godon (nc). — Marc Parrotin Le temps du Maquis, Histoire de la Résistance en Creuse, Ed. Verso 1984 et Mémorial de la Résistance creusoise Ed. Verso 2000. — André Touret, Montluçon 1940-1944 : la mémoire retrouvée, Ed. Créer, 1999. — site Mémoire des Hommes. — Mémorial genweb. — État civil Montluçon.

Michel Thébault

Version imprimable