Né le 15 mars 1909 à Baza, province de Grenade (Espagne), massacré le 1er avril 1944 à Saint-Pierre-de-Chignac (Dordogne) ; de nationalité espagnole ; victime civile.

José Polaino Peña (écrit aussi Perra José Polaino) fut l’une des nombreuses victimes de la division Brehmer en Dordogne.
Du 26 mars au 2 avril 1944, la division Brehmer, ou division B de l’initiale du patronyme de son chef, le général Brehmer, accompagnée par des éléments de la Sipo-SD et de la Brigade nord-africaine et bénéficiant de renseignements collectés par des délateurs, collaborationnistes ou non, et par l’administration de Vichy, traversa le département de la Dordogne, traquant les maquisards et massacrant des civils.
Réfugié de la guerre d’Espagne, José Polaino Peña avait été affecté au Groupement de Travailleurs étrangers n° 647 de Chancelade. Créés par la loi du 27 septembre 1940, “Loi sur la situation des étrangers en surnombre dans l’économie nationale”, ces “Groupes de travailleurs étrangers” ou GTE devaient rassembler « les étrangers de sexe masculin, âgés de plus de 18 ans et de moins de 55 ans, aussi longtemps que les circonstances l’exigent, dans des groupements d’étrangers, s’ils sont en surnombre dans l’économie nationale et si, ayant cherché refuge en France, ils se trouvent dans l’impossibilité de regagner leur pays d’origine ». La loi prévoyait de mettre les étrangers des GTE à la disposition d’entreprises, l’objectif étant de fournir de la main d’œuvre pour les travaux agricoles et forestiers, main d’œuvre d’autant plus attendue que le nombre conséquent des prisonniers de guerre posait problème au fonctionnement des exploitations agricoles.
José Polaino Peña avait été mis à la disposition de M. Roux, exploitant forestier à Périgueux. Le 1er avril 1944, alors qu’il travaillait à une coupe de bois à Milhac-d’Auberoche, il fut arrêté par un détachement de la division Brehmer. Il fut abattu avec Wilhem Gerson vers 19h dans un bois sur le territoire de Saint-Pierre-de-Chignac. Les corps furent découverts le lendemain faces contre terre.
Sources

SOURCES : Guy Penaud, Les crimes de la division Brehmer, La traque des résistants et des juifs en Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne (mars-avril 1944), Périgueux, Éditions La Lauze, 2004, p. 281-282, 406. — Paul Mons, La folie meurtrière de la division Brehmer, mars-avril 1944, Dordogne-Corrèze, Haute-Vienne, Brive-la-Gaillarde, Éditions Les Monédières, 2016, p. 72.

Dominique Tantin

Version imprimable