Né le 16 février 1910 à Oulx (Italie), massacré le 19 août 1944 à Lyon (Rhône), rue Bataille (VIIIe arr.) ; laitier ; victime civile.

Ferdinand, Séverin Gay était le fils d’Émile Gay et d’Angeline Jaymes. Il était marié à Marie, Mélanie, Jeanne Delouche. Il demeurait à Lyon (Rhône), 164 rue Bataille (VIIIe arr.) et était laitier.
Le 16 août 1944, un groupe d’une cinquantaine de résistants attaquèrent des Groupes mobiles de réserve (GMR) qui étaient cantonnés rue Bataille (Lyon, VIIIe arr.), dans l’école Édouard Herriot.
En représailles à l’action du 16 août, le 19 août 1944, des agents de la Gestapo et des miliciens exécutèrent Ferdinand Gay, Mozeck Rozenfarb, Nour Eddin Rhachide et Louis Guiard*, rue Bataille. Ils incendièrent également l’immeuble de Ferdinand Gay, situé au numéro 164 de la rue.
Son nom apparaît sur une plaque commémorative située 43 boulevard Ambroise Paré (Lyon, VIIIe arr.) et portant l’inscription « Français souvenez-vous ici sont tombés quatre otages lâchement assassinés par la Gestapo allemande et ses complices vichystes le 19 août 1944. A ces martyrs inoubliables la population de la nouvelle faculté reconnaissante ». Le nom de Ferdinand Gay est également gravé sur la plaque commémorative située 157-159 rue Bataille.
Notice en cours de rédaction.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, inventaire du Mémorial de l’Oppression (3808W).— Arch. Mun. Lyon, acte de décès 951 (VIIe arr).— Paul Garcin, Interdit par la censure, 1942-1944, 1944.— Mémorial Genweb.

Jean-Sébastien Chorin

Version imprimable