Né le 24 novembre 1919 à Forest-Lez-Bruxelles (Belgique), exécuté sommairement le 14 juin 1944 à Saint-Castin (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques) ; professeur de sport ; réfractaire STO ; homologué résistant.

Marcel Courrèges
Marcel Courrèges
Crédit : Archives municipales de Toulouse
Marcel Courrèges
Marcel Courrèges
Crédit : Archives municipales de Toulouse
Marcel Courrège était le fils d’Auguste Courrège, commerçant, et de Lucie Parmentier, sans profession. Il épousa Jacqueline Cheippe, secrétaire, en 1942 à Gurs. Son beau-père, Léonard, Louis Cheippe fut fonctionnaire à l’administration du camp de Gurs.
Avant la guerre, son père et son beau-père résidaient à Le Perreux-Sur-Marne (Val-de- Marne). C’est probablement, dans cette commune qu’il rencontra son épouse Jacqueline. Dans les années 30, il effectua un stage de sport à Pau (Pyrénées-Atlantiques).
Durant la guerre, pour échapper au STO, il se réfugia dans une ferme à Saint-Castin (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques). Le propriétaire, Pierre Sansous, y cachait les réfractaires au STO. Marcel Courrège y travailla comme domestique agricole. Des maquisards lui avaient fourni de fausses pièces d’identité.
Le 14 juin 1944 à 9 heures, des Allemands effectuèrent une perquisition dans la ferme. Marcel Courrège tenta de fuir mais fut abattu par les troupes allemandes. Son corps fut criblé de balles de mitraillettes, son visage arraché. Son corps fut enlevé, le lendemain, « par les soins de son épouse Jacqueline. »
Il est inhumé dans le carré militaire de la commune Le Perreux-Sur-Marne. Son nom figure sur la liste du Monument aux Morts de la même commune ainsi que sur celui de la commune de Saint-Castin (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques).
Sources

SOURCES : Archives de Gironde, Haute-Vienne, Val de Marne. — MémorialGenWeb. — Archives de l’Association « Les Basses-Pyrénées dans la Seconde Guerre Mondiale ». — Mémoire des Hommes. — SHD Vincennes, GR 16 P 147493 (à consulter).

Audrey Galicy

Version imprimable