Né le 17 novembre 1908 à Lodz (Pologne), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Égletons (Corrèze) ; coiffeur ; résistant dans l’Armée secrète (AS) de Haute-Corrèze.

De nationalité polonaise, de confession juive, il était coiffeur à Metz (Moselle). Réfugié en Corrèze sans qu’on sache s’il anticipa l’arrivée des Allemands ou s’il fut expulsé pendant l’été 1940 car en Moselle annexée, les juifs étaient « indésirables ».
Il s’engagea auprès des FFI et fut affecté à la 2e Cie de la Demi-Brigade AS de la Haute-Corrèze.
Le 3 août 1944, une colonne de la Wehrmacht, un bataillon du 194e régiment de sécurité, en mouvement depuis Sète pour rejoindre l’Allier, s’installa en Corrèze à Égletons, Ussel et Brive-la-Gaillarde. La Résistance attaqua les garnisons allemandes le 14 août et une bataille s’engagea pendant six jours avec intervention de la Luftwaffe et de la RAF.
Le 17 août, venant du Cantal, la colonne Jesser vint aider à débloquer les unités allemandes enfermées. Au cours d’une opération de retardement, Adolphe Cogan fut fait prisonnier le 17 août 1944 à Saint-Dézery (Corrèze) et exécuté à Égletons (Corrèze). La région est définitivement libérée le 21 août 1944.
Le nom d’Adolphe Cogan est inscrit sur la plaque commémorative à l’intérieur de la salle du culte de la synagogue de Metz de l’ "Union des engagés volontaires - Anciens combattants Juifs, 39-45 section Metz, tombés au champ d’honneur".
Sources

SOURCES : SHD-PAVCC Caen, dossier statut. — AD Moselle 69J12, fonds Neigert. — Mémorialgenweb. — Louis Le Moigne et Marcel Barbanceys, Sédentaires, réfractaires et maquisards : l’Armée Secrète en Haute-Corrèze (1942-1944), éd. Association amicale des maquis de Haute-Corrèze, 1977. — Bernard Delaunay, Mémorial de la Résistance et de la Déportation en Corrèze, 1940-1945, éd. Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR), 1995.

Philippe Wilmouth

Version imprimable