Né le 12 juillet 1920 à Hegenheim (Haut-Rhin), massacré le 2 avril 1944 à Marquay (Dordogne) ; victime civile d’origine juive.

Constant Wiener fut l’une des nombreuses victimes de la division Brehmer en Dordogne.
Du 26 mars au 2 avril 1944, la division Brehmer, ou division B de l’initiale du patronyme de son chef, le général Brehmer, accompagnée par des éléments de la Sipo-SD et de la Brigade nord-africaine et bénéficiant de renseignements collectés par des délateurs et par l’administration de Vichy, traversa le département de la Dordogne, traquant les maquisards et massacrant des civils en représailles dans le cadre d’opérations de répression, mais aussi en conduisant une politique génocidaire à l’encontre des nombreux Juifs réfugiés dans le département ; les hommes furent abattus parce que juifs et les femmes et les enfants furent arrêtés, transférés à Drancy puis déportés vers les centres de mise à mort, Auschwitz-Birkenau principalement.
En zone dite libre puis zone sud, les Juifs avaient été recensés en application d’une loi de Vichy du 2 juin 1941, le jour même de la promulgation du second statut des Juifs ; un recensement spécifique des Juifs étrangers intervint en janvier 1942 ; enfin, une loi de Vichy du 11 décembre 1942 imposa en zone sud la mention « juif » sur la carte d’alimentation et sur la carte d’identité des Juifs français et étrangers.
Constant Wiener était le fils de Maurice Wiener et de Camille Goetschel, née à Hegenheim le 17 octobre 1882. Réfugié de Strasbourg, il avait vécu un temps à Brive mais et il était domicilié à Sarlat où il fut arrêté le 1er avril 1944, ainsi qu’une trentaine d’autres Juifs. Il fut pourtant le seul, avec Jean Grumbach, à être abattu à Marquay, dans la carrière du lieu-dit les « Bas-Rivaux » ou selon un autre récit, dans un bois, près du hameau de la Carrière. Toutes les autres victimes de Sarlat furent déportées. Nous ignorons les raisons de cette mise à l’écart ainsi que les conditions de son exécution et de celle de Grumbach. Pour l’institutrice de Marquay (récit du 20 septembre 1944), les corps ne furent trouvés que le 18 avril 1944 et ils avaient été en grande partie mangés par les chiens et ils furent découverts « après le passage d’une colonne allemande ». Selon un document validé par la municipalité de Marquay le 28 janvier 1945, Jean Grumbach et Constant Wiener furent abattus par les Allemands, précisant seulement qu’ils furent inhumés à Marquay le 18 avril 1944. Le rapport des Renseignements généraux qui relatent ces arrestations portent sur la semaine du 1er au 8 avril et l’exécution peut ainsi être ramenée à ce créneau. Selon la sœur de Constant Wiener, ce dernier aurait été abattu par les nazis le 2 avril. Il paraît donc vraisemblable que la division Brehmer fut responsable de ces crimes qui auraient eu lieu le 1er ou le 2 avril 1944.
Sa mère, Camille Wiener née Goestchel fut arrêtée à Brive-La-Gaillarde où elle vivait et elle fut déportée par le convoi n° 72 du 29 avril 1944. Elle décéda à Auschwitz le 4 mai 1944. Témoignage de sa fille, Mme Schwartz Zoé.
Le nom de Wiener, écrit Viener, est inscrit sur une stèle placée sur la D6, côté gauche, à environ 5 km de Marquay en direction de Sarlat. Elle porte la mention : « Réfugiés alsaciens, ces deux patriotes âgés de 24 ans ont été fusillés au lieu-dit "La Carrière" le 2 avril 1944 par l’unité de la Wehrmacht "Brehmer". »
Un Wiener François est mentionné sur le Monument aux morts 39-45 de Sarlat, est-ce la même personne ?
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Dordogne, 1573 W 8 ; 1573 W 6 ; 1 W 1815-2. Rapport n° 3412 des Renseignements généraux du 9 avril 1944, semaine du 1er au 8 avril 1944 ; J 2548.— Registre d’état civil de Marquay.— Jacky Dreyfus et Daniel Fuks, Le Mémorial des Juifs du Haut-Rhin. Martyrs de la Shoah, Jérôme Do Bentzinger Editeur, 2006, p. 309.— Bernard Reviriego, Les Juifs en Dordogne. 1939-1944, éd. Fanlac/Archives départementales de la Dordogne, 2003, p. 491.— Les victimes de la Shoah originaires de Hégenheim le 23 novembre 2017.

Bernard Reviriego

Version imprimable