Né le 26 novembre 1920 à Auray (Morbihan), exécuté le 30 avril 1944 à Landaul (Morbihan) ; FFI.

Sur la stèle des fusillés de Landaul
Sur la stèle des fusillés de Landaul
Sur le mémorial FFI d'Auray
Sur le mémorial FFI d’Auray
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Célibataire, François Fayot était le fils de Marie Josèphe Fayot, domestique domiciliée à Brech (Morbihan), décédée. Il fut reconnu le 16 mars 1921 à Auray par sa mère. Il était domicilié à Lorient (Morbihan), où il exerçait la profession d’ajusteur.

À la fin du mois d’avril 1944 dans le secteur de Landaul-Landevant (Morbihan), des patrouilles allemandes procédèrent à plusieurs arrestations de résistants qui avaient rejoint les Forces françaises de l’intérieur au sein du 2e Bataillon FFI (ORA) du Morbihan, commandé par Yves Le Garrec [pseudonyme dans la Résistance : commandant Yves ].
Le 29 avril 1944, François Fayot, que Roger Leroux désigne comme appartenant aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF), fut arrêté porteur d’un pistolet, interrogé et torturé.
À l’aube du dimanche 30 avril 1944, quatre résistants, Eugène Le Palud, son cousin Francis Le Hellec, Lucien David et Victor Le Mestre, furent arrêtés à leur tour à Landaul au retour d’une mission à Kergouarech en Brech (Morbihan). Trouvés en possession d’armes, ils furent conduits au château de Kerlivio en Brandérion (Morbihan), où ils furent interrogés et affreusement torturés. Au cours de l’après-midi, les soldats allemands incendièrent la ferme de Kergouarech, puis transportèrent à Landaul les quatre résistants arrêtés le matin même, ainsi que François Fayot, arrêté la veille. Tous les cinq furent exécutés devant une trentaine d’hommes rassemblés de force dans le bourg sur la place de l’église. Les corps chargés sur un camion furent jetés dans une carrière à Pont-Christ en Brech, commune voisine, où ils furent identifiés le lendemain.

L’acte de décès de François Fayot, orthographié « Fayo », dressé en mairie de Landaul le 1er mai 1944 sur la déclaration de Joseph Follic, directeur d’école « ayant assisté sous la contrainte à l’exécution », mentionne qu’il a été fusillé par les Allemands sur la place publique de Landaul « pour activité patriotique ».

François Fayot a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Dans le Morbihan, le nom de François Fayot, est inscrit sur la stèle des martyrs de Landaul et sur le mémorial FFI d’Auray sous l’orthographe « Fayo ».
Sources

SOURCES : AVCC, Caen, AC21P 182 972. — SHD, Vincennes, GR 16 P 219426. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État-civil, Auray (acte de naissance) ; Landaul (acte de décès).

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Version imprimable