Né en 1913 à La Jaille-Yvon (Maine-et-Loire), résistant abattu le 2 août 1944 à Château-Gonthier (Mayenne) ; cultivateur ; résistant au sein du mouvement Libération-Nord.

Marié et père d’un enfant de deux ans, Marcel Saulais fut membre du mouvement Libé-Nord constitué dès 1943 dans le Sud-Mayenne. Il prit part à différentes actions et assura notamment le camouflage d’un dépôt d’armes à son domicile suite au parachutage dans la nuit du 6 au 7 juillet 1944 à la ferme de Bréon-Maineuf, commune de Peuton.

Ce stock d’armes destiné aux groupes de Château-Gonthier et Bazouges, bien que soigneusement dissimulé au fond d’un hangar dans un champ éloigné des bâtiments de la ferme fut pourtant découvert par les autorités allemandes le 2 août 1944, suite aux arrestations de Saint-Sulpice.

Malgré les menaces de représailles exercées contre sa famille, Marcel Saulais refusa de parler. Préférant la mort à la souillure, il fut torturé, martyrisé et achevé par une rafale de mitraillette à son domicile. Les Allemands mirent son corps dans un sac à blé et le chargèrent sur un camion.

La dépouille de Marcel Saulais ne fut retrouvé que le 14 septembre 1945 dans une tranchée du collège universitaire de Château-Gonthier, aujourd’hui lycée Victor Hugo.

La place Marcel Saulais à Bazouges est le lieu d’implantation du monument aux morts de la commune.

Il obtint la mention « Mort pour la France ».
  •  
Sources

SOURCES  : Michel Desrues, Magali Even, Mémorial de la Mayenne 1940-1945. Fusillés, massacrés morts aux combats de la Libération, Direction départementale de l’ONACVG de la Mayenne, 2001.— Genweb.

Michel Desrues, Magali Even

Version imprimable