Né le 4 novembre 1919 à Dijon (Côte-d’Or), exécuté sommairement le 25 juillet 1944 à Rencurel (Isère) ; typographe ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Louis Portat était le fils de Louis, fumiste et de Adèle Anna Émélie Briottet, sans profession. Il était célibataire et exerçait la profession de typographe à Grenoble où il était domicilié.
Il entra dans la Résistance et participa aux du maquis du Vercors.
Capturé par l’ennemi, il a été fusillé au Valon du pont du Violon, hameau de la Rochette, à Rencurel (Isère) le 25 juillet 1944. Il décéda à 20 heures.
Il est inhumé au cimetière communal, à Autrans-Méaudre-en-Vercors (Isère) dans la même tombe que Pierre Rochas F.F.I. fusillé le 14 août 1944 à Grenoble.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur son acte de décès le 28 janvier 1946.
Il obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR).
Son nom figure sur le Mémorial du pont du Violon à Rencurel et sur les deux plaques commémoratives déposées au monument aux morts à Méaudre (Isère).
Sources

SOURCES : Mémorial GenWeb.— État civil.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable