Né le 25 mars 1920 à Annemasse (Haute-Savoie), exécuté le 21 avril 1944 à Sanihac (Ardèche) ; résistant.

Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
Tombe au cimetière militaire de la Chauvinière à Nantes
Fils de Angelin Trollier, pilote-aviateur, et de Georgette Louise Mini, sans profession, Georges Trollier (Troilliet sur son acte de naissance), domicilié à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), résistant, fut interné le 28 mars 1944. Il fut exécuté par les autorités allemandes le 21 avril 1944 à Sanihac (Ardèche). Dix otages avaient été extraits de la citadelle de Pont-Saint-Esprit dans la Gard et de l’hôtel Potiers de Viviers en Ardèche (où sévissaient les tortionnaires de la 8e compagnie Brandebourg) suite à une embuscade tenudue par le détachement FTP Salomon, à proximité de Sanilhac, qui avait fait cinq morts dans les rangs allemands.
Les photographies prises par les RG des corps des dix otages fusillés en représailles à Sanilhac (au Plan de Roure) le 21 avril 1944 sont publiés dans L’Ardèche martyre en 1946. À cette date huit victimes étaient identifiées. Parmi les deux inconnus figure Georges Trollier. Il le fut ensuite avec une déformation de son nom : Triollet.
En 1982, Louis-Frédéric Ducros revint sur les événements et publia une liste complète en indiquant les origines géographiques des otages fusillés :
Arsène Chauvière (Le Teil)
Fernand Coulomb ( Pont-Saint-Esprit)
Louis Lacrotte ( Le Teil)
Salomon Lévy (?)
Albertine Maurin (Bourg-saint-Andéol)
Maurice Meyer (Montélimar)
Gaston Pérassi ( Le Teil)
Louis Reinaud ( Le Teil)
Georges Triollet [en fait Trollier] (Annemasse)
Joseph Vernet ( Le Teil)
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J. — Jean-Pierre Sauvage, Xavier Trochu, Mémorial des victimes de la persécution allemande en Loire-Inférieure 1940-1945, 2001. — A. Demontès, L’Ardèche martyre, Largentière,1946 - Louis-Frédéric Ducros, Montagnes ardéchoises dans la guerre, t.III, Valence, 1982( p. 297). — État civil.

Pierre Bonnaud, Claude Pennetier

Version imprimable